Archives par mot-clé : Mésopotamie

Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Le destin, textes, mots, questions »

Présentation de la séance du 10 décembre 2012 :

À la lecture des grands mythes mésopotamiens, on croit comprendre qu’il existe un déterminisme du mouvement général du cosmos et qui concerne aussi tous les étants qui l’habitent. Ainsi, le destin de l’homme est-il fixé dès avant sa conception : il sera un être mortel au service des dieux. Selon le poème d’Atra-hasis, le dieu immolé lors de la création de l’homme sait mettre en œuvre les ordres divins, mais il sait aussi pousser ses congénères à la révolte. L’homme est donc potentiellement un être subversif. Cela préjuge des limites que peut connaître le déterminisme. Dans la Glorification de Marduk, le choix du dieu à sacrifier se porte sur le général de l’armée hostile au cosmos ; il est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine et son sacrifice est présenté comme le châtiment qui lui est infligé, l’assemblée s’érigeant en cour de justice. Le destin de l’homme a donc partie liée avec la justice et la vérité ; toute sa vie durant, il sera redevable de la justice. On peut donc dire, avec Walter Benjamin, que « le destin est l’ensemble des relations qui du vivant font un coupable ».

Partant, une source divinatoire du 17e siècle met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes : « Si le doigt médian du poumon est renversé et pointe vers la trachée-artère – (a) le fleuve sera obstrué (et) les eaux tariront ; (b) le territoire, ses dieux l’abandonneront ; (c) le pays ira à la désolation ou bien le règne changera. » Le devin sait le présage en rapport avec l’oracle (a), évocateur d’une stratégie militaire bien connue ; l’oracle (b) évoque l’attitude des dieux, il énonce la véritable cause des événements annoncés ; l’oracle (c), enfin, expose, sous la forme d’une double alternative, le pays ira à sa perte ou le roi changera, la solution au problème : il appartient aux intéressés de trancher. On dira que « la liberté est en quelque sorte l’instrument par lequel la contrainte s’exerce » (A. Lentacker).