Archives par mot-clé : Égypte

Sylvie Donnat, Écrire à ses morts. Enquête sur un usage rituel de l’écrit dans l’Égypte pharaonique

Dans le cadre du séminaire Destin, lundi 5 janvier 2015, Sylvie Donnat (Université de Strasbourg) présentera son dernier ouvrage Écrire à ses morts. Enquête sur un usage rituel de l’écrit dans l’Égypte pharaonique (Jérôme Millon, 2014).

La discussion sera animée par Marcello Carastro (EHESS), Jean-Jacques Glassner (CNRS) et Dominique Jaillard (Université de Genève)

Dans l’Égypte pharaonique, les vivants entretenaient des relations avec les défunts de leur communauté domestique, notamment à l’occasion de fêtes et de célébrations rituelles spécifiques. Dans ce cadre, le mode de communication privilégié avec l’ancêtre était celui de la parole, du discours oral. L’écriture était toutefois aussi occasionnellement utilisée comme médium de communication. C’est ce qu’atteste en particulier le corpus des « lettres aux morts » – requêtes formulées sous format épistolaire et tracées en écriture cursive («hiératique») sur divers supports (vaisselle en terre cuite et papyrus essentiellement) –, attesté de la fin du IIIe millénaire au Ier millénaire avant notre ère.
À travers l’étude de ce dossier, révélateur des mécanismes relationnels reliant les survivants à leurs morts, cet ouvrage propose une enquête sur un usage de l’écrit dans la procédure rituelle de l’Égypte ancienne. L’importance de l’écrit dans le domaine religieux pharaonique est bien connu, mais c’est sur l’écriture monumentale hiéroglyphique, dont la « fonction de sacralisation» a particulièrement été bien mise en évidence par Pascal Vernus, que l’essentiel de la réflexion a jusqu’ici porté. Ce livre cherche donc à engager une réflexion sur l’utilisation rituelle d’une technique d’écriture d’abord réservée à une pratique quotidienne de l’écrit (documents administratifs, lettres, archivage…), et aborde la question de l’efficacité de la parole écrite par rapport à la parole énoncée en contexte rituel, ainsi que la question de l’efficacité du texte tracé en écriture cursive par rapport au texte hiéroglyphique en contexte votif.
(Ouvrage publié avec le concours de l’Université de Strasbourg)

Couv.Ecrire-libre

La séance aura lieu le lundi 5 janvier 2015 de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Séminaire de Sylvie Donnat : Écritures et rite dans l’Égypte pharaonique. Approche pragmatique de l’écrit cursif en contexte rituel

Le séminaire de Sylvie Donnat à l’EHESS « Écritures et rite dans l’Égypte pharaonique. Approche pragmatique de l’écrit cursif en contexte rituel » commencera le lundi 3 mars, à 15h au bâtiment le France.

À côté de l’écriture hiéroglyphique, qui est par excellence une écriture monumentale à « fonction sacralisante » (Pascal Vernus), il a existé, dans l’Égypte ancienne, des écritures cursives qui étaient prioritairement utilisées dans la documentation courante (lettres, comptes, etc.). Elles avaient toutefois aussi un emploi dans la sphère religieuse, en particulier, dans le domaine du rituel. Ces conférences ont pour objectif de présenter des usages rituels de l’écrit cursif, à partir du corpus des « lettres aux morts » (en hiératique), mais aussi des phylactères de protection (en hiératique), afin d’engager une réflexion sur l’utilisation de l’écriture cursive dans la praxis rituelle.

1er et 3e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 3 mars au 2 juin 2014

 [source vignette :A.H. Gardiner, K. Sethe, Ancient Egyptian Letters to the Dead, Mainly from the Old and Middle Kingdoms, London, 1928, pl. V (EES).]