Archives par mot-clé : Comparatisme

Prochaine séance : Cléo Carastro (EHESS) : Poétiques de l’attache. Destin et parole prénatale en régime polythéiste (Grèce ancienne et sociétés voltaïques – Burkina Faso)

Chères et chers collègues,

Pour la prochaine séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2016-2017, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS, nous aurons le plaisir d’écouter :

Cléo Carastro (EHESS) : Poétiques de l’attache. Destin et parole prénatale en régime polythéiste (Grèce ancienne et sociétés voltaïques – Burkina Faso) .

Le lundi 15 mai 2017, de 11h à 13h, à l’INHA (2 rue Vivienne, Paris 2e).

Vous y êtes cordialement invité·e·s.

Prochaine séance : Silvia D’Intino (CNRS) et Caterina Guenzi (EHESS) : Actes, oubli et (re)naissances

Chères et chers collègues,

Pour la prochaine séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2016-2017, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS

Silvia d’Intino (CNRS) et Caterina Guenzi (EHESS) poursuivront le dialogue comparatiste sur les matériaux indiens et grecs anciens engagé par Frédérique Ildefonse et proposeront une discussion autour du thème Actes, oubli et (re)naissances.

Le lundi 24 avril 2017, de 11h à 13h, à l’INHA, salle Grodecki (2 rue Vivienne, Paris 2e).

Vous y êtes cordialement invité·e·s.

Prochaine séance : Frédérique Ildefonse (CNRS) : Sur les matériaux indiens et les matériaux grecs. Essai de comparaison

Chères et chers collègues,

Pour la troisième séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2016-2017, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS (http://daimon.hypotheses.org), nous aurons le plaisir d’écouter :

Frédérique Ildefonse (CNRS) : « Sur les matériaux indiens et les matériaux grecs. Essai de comparaison »

Le lundi 6 mars 2017, de 11h à 13h, à l’EHESS, salle 662 (Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vous y êtes cordialement invité(e)s.

Les fils du destin : Sciences sociales et expérience artistique: une rencontre prédestinée?

L’interview de présentation de l’installation Les Fils du destin sur le site des 40 ans de l’EHESS

http://40ans.ehess.fr/2015/06/01/sciences-sociales-et-experience-artistique-une-rencontre-predestinee/

L’art peut-il venir au secours de la communication scientifique? Peut-il permettre aux curieux et aux amateurs de sciences sociales d’accéder différemment aux résultats de celles-ci et de vivre sur un autre mode l’expérience des savoirs scientifiques qui sont produits sur les sociétés humaines? Les membres du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme » en font le pari, et proposent, du 1er juin au 18 juin prochain, dans l’atrium de l’EHESS, avenue de France, une installation en forme de parcours sensible, intitulée « Les fils du destin ». Elle permettra à ceux qui s’y aventurent de se confronter matériellement à la question du destin et des arts divinatoires, tels qu’ils se pensent et se pratiquent dans une pluralité de sociétés, et d’en venir ainsi à réfléchir à des questions comme celle du déterminisme, de la prédestination et de la liberté. L’historien de l’antiquité Marcello Carastro (ANHIMA) et l’anthropologue de l’Inde Caterina Guenzi (CEIAS), qui avec Frédérique Ildefonse (CNRS) et Silvia D’Intino (CNRS) animent le PRI, nous expliquent ici la démarche qui a présidé à ce projet mêlant étroitement les SHS à l’art. Ils sont en compagnie de l’artiste-plasticien et anthropologue de l’art Arnaud Dubois qui est le maître d’œuvre de cette installation.

Can art help science to communicate? Can it bring the curious and those interested in the social sciences a different access to its results, and experience in other ways, its scientific knowledge about human societies? The members of the Interdisciplinary Research Programme (IRP) “Practice Comparatism” bet on this possibility and propose an installation entitled “Threads of Fate”, which will be shown from the 1st until the 18th of June in the main hall of the EHESS (Avenue de France). It will allow those, who treads its path to be physically confronted to the issue of fate and of divination, the way they are conceived and practiced in several different societies. The installation will thus lead the visitor to think about issues such as determinism, predetermination and freedom. Antiquity historian Marcello Carastro (ANHIMA), India anthropologist Caterina Guenzi (CEIAS), who, along with Frédérique Ildefonse (CNRS) and Silvia D’Intino (CNRS) coordinate the IRP, explain below the process leading this project mixing the art with social sciences. They are accompagnied here by the visual artist and art anthropologist Arnaud Dubois, who is supervising this installation. 

 

Les Fils du destin. Une installation autour du destin et des pratiques divinatoires

 Les fils du destin. Une installation autour de la notion de destin et des pratiques divinatoires

du 1er au 18 juin 2015

 

Dans le cadre des 40 ans de l’EHESS, les membres du Programme de Recherche Interdisciplinaire (PRI) « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » présentent Les fils du destin, une installation construite à partir des matériaux étudiés dans le cadre du séminaire en cours « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien »

 

Direction artistique : Arnaud Dubois (EHESS)

 

Comité scientifique : Manon Brouillet (EHESS), Alessandro Buccheri (EHESS), Marcello Carastro (EHESS), Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Stéphan Dugast (IRD), Jean-Jacques Glassner (EHESS-CNRS), Adeline Grand-Clément (Université de Toulouse), Caterina Guenzi (EHESS), Stéphanie Homola (EHESS), Frédérique Ildefonse (CNRS), Silvia d’Intino (CNRS), Dominique Jaillard (Université de Genève), Ivonne Manfrini (HEAD, Genève), Aurélie Névot (CNRS)

 

10 h-20 h  •  EHESS
Atrium du France
190 avenue de France  •  Paris 13 e
afficheFilsDestin

Séminaire de Claire-Akiko Brisset : « L’image miraculeuse d’Udayana : propositions pour un travail comparatiste »

« L’image miraculeuse d’Udayana : propositions pour un travail comparatiste »
Le séminaire 2014-2015 sera consacré au corpus des récits de miracles accomplis par des représentations divines : statues, peintures, stūpa, voire sūtra bouddhiques – tous mediums (au sens de Belting) faisant l’objet de rites de consécration. Dans le domaine japonais, ils sont notamment compilés dans les recueils catéchétiques d’anecdotes édifiantes (setsuwa-shû) entre le IXe siècle et le XIIIe siècle de l’ère chrétienne. L’histoire de la première représentation du Buddha retiendra en particulier l’attention en ce sens que toutes les figures postérieures sont dites procéder de cette représentation originelle et miraculeuse. La prise en compte de ce récit fondateur permettra de contribuer à une meilleure compréhension de la nature agissante des figures supra-mondaines dans le bouddhisme.

2e jeudi du mois de 14 h à 16 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 8 janvier 2015 au 11 juin 2015. La séance du 12 février se déroulera en salle 1 (bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris). Séance supplémentaire le 21 mai (de 15 h à 17 h, salle 3, même adresse)

Journées d’études : La vie prénatale Destin, identité, mémoire. 5-6 juin 2014

La vie prénatale : Destin, identité, mémoire
5-6 juin 2014

Journées d’études organisées dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »

La vie de chacun est-elle contenue entre deux termes, le moment de la naissance ou de la conception et le moment indéterminé de la mort ? Le Coryphée à la fin d’Œdipe-roi de Sophocle appelle à toujours considérer le dernier jour de la vie d’un homme : seul le terme de sa vie peut permettre de dire s’il a vécu heureux. Mais la mort n’est pas seule décisive : l’impact qu’a la vie prénatale sur la vie de chacun, son identité, son destin a été pensé et développé dans différentes traditions religieuses, philosophiques et médicales, comme c’est le cas en Inde, en Afrique ou en Grèce ancienne.
La vie prénatale peut s’entendre de deux manières. Elle peut désigner tant la vie d’avant la conception que la vie comprise entre le moment de la conception et le moment de la naissance. Pour ce qui concerne la première acception de la vie prénatale, l’enquête devra toucher à l’eschatologie tout comme aux théories de l’âme et/ou du destin. Elle devra allier, dans le cadre d’une interrogation sur la personne, la réflexion sur la détermination à celle sur l’identité qui mènent toutes deux à poser la question d’un cycle des vies. Quel est le rapport de la vie prénatale à la mémoire et à l’oubli des vies ou des choix individuels ? Quelles pratiques, quelles formes rituelles lui sont-elles associées ? En fonction des configurations culturelles, il s’agira de voir quels indices, quelles inférences permettent l’affirmation d’une vie ou d’un lieu prénatals et de comprendre quelles sortes d’effets une vie prénatale induit sur notre vie d’après la naissance. Il s’agira aussi de comprendre quelles sont les conditions de l’émergence d’une parole sur cet ailleurs ou/et cet avant.
Pour ce qui concerne la seconde acception de la vie prénatale, l’enquête cherchera à analyser les idées de procréation et de génération qui s’y trouvent impliquées. Il s’agira notamment d’interroger la manière dont les différentes embryologies envisagent l’individuation, ses implications cosmologiques, son inscription sociale. Il importe également d’identifier les règles éthiques et juridiques auxquelles doit se  conformer celui qui intervient dans cette zone qui suit la conception et précède la naissance. Parler d’une vie prénatale ne suppose pas seulement, pour celui qui vivra la vie que nous connaissons et que nous avons en partage, un statut d’avant la vie, mais que ce statut d’avant la vie soit lui aussi une vie : ce que nous devrons interroger dans toute la complexité des questions qui s’en trouvent posées. Ce colloque se propose d’examiner les représentations, les théories et les pratiques concernant la vie prénatale avec une approche interdisciplinaire (anthropologie, philosophie, philologie, histoire). A partir de matériaux à la fois ethnographiques et textuels, les participants s’intéresseront aussi bien à l’embryologie et à la vie gestationnelle qu’aux idées concernant une existence ou des existences antérieures à la conception.

Jeudi 5 juin
Salles 638-640 Bâtiment Le France
190 Av. de France 75013 Paris

14h00-14h15
Dominique Jaillard (Université de Genève)
Introduction

14h15-15h00
Francis Zimmermann (EHESS)
Les interrogations sur la vie prénatale et la naissance de la philosophie dans l’Inde

15h00-15h15 Pause café

15h15-16h00
Frédérique Ildefonse (CNRS)
La vie avant la vie

16h00-16h45
Stéphan Dugast (IRD)
Destin et vie prénatale chez les Bassar du Togo

Vendredi 6 juin
Amphithéâtre F. Furet
105 Bd Raspail 75006 Paris

10h00-10h45
Luc Brisson (CNRS)
Quand l’embryon devient-il un être humain ?

10h45-11h30
Catherine Despeux (INALCO)
Façonnage du destin et vie prénatale dans la Chine ancienne

11h30-11h45 Pause café

11h45-12h30
Silvia D’Intino (CNRS)
Trois naissances divines : Agni, Indra, Yama

14h00-14h45
Noémie Merleau-Ponty (EHESS)
Humain, de l’embryon à l’être. Vies prénatales dans  et autour d’un laboratoire d’assistance médicale à la procréation français

14h45-15h30
Christèle Barois (EPHE)
« Cette âme tombée dans un corps étranger… » : notes sur le
Bhāgavatapurāṇa III 31

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30
Enric Porqueres i Gené (EHESS)
Subjectivité prénatale et oubli : une approche comparative

vieprenatale

Atelier « Comparatismes: questions de méthode »

 

Atelier « Comparatismes : questions de méthode »

 Lundi 10 février 2014, 10h-16h

10h : Frédérique Ildefonse (CNRS), Introduction
10h30 : Bruno Karsenti (EHESS), Le totémisme et sa trace. Une lecture comparative de Totem et tabou
11h20 : Pause café
11h40 : Wei Zhang (Université Fudan, Shanghai), Comparing the construction of « poetic knowledge »
12h30 : Déjeuner
14h : Renaud Gagné (Université de Cambridge), Comparer le symposium
14h30 : Marcello Carastro (EHESS), Pratiquer le comparatisme : traditions et infléchissements
15h-16h : Discussion finale avec Claire-Akiko Brisset (Université Paris VII), Dominique Jaillard (Université de Genève), Bernard Mezzadri (Université d’Avignon), Claude Calame (EHESS)

 

EHESS, salle 638, bâtiment le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

 

Pratiquer le comparatisme

Le PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »
Le Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » a été créé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris en 2012 par Marcello Carastro (EHESS), Caterina Guenzi (EHESS) et Frédérique Ildefonse (CNRS). Depuis plusieurs années, les membres de ce PRI (ethnologues, philologues et philosophes) pratiquent en anthropologie un comparatisme contrastif et expérimental qui se construit dans un dialogue de longue durée et qui, soucieux de restituer les catégories de pensée propres à chaque ensemble culturel, ne constitue pas des systèmes fermés sur eux-mêmes, mais, au contraire, crée les conditions pour élaborer l’objet de la comparaison au fil des échanges. Pratiqué par des spécialistes des mondes anciens et des mondes contemporains, ce comparatisme critique n’exclut rien qui serait prétendument impropre à la comparaison. Il ne présume aucune hiérarchie entre des aires culturelles, pas plus qu’il n’assure un statut d’exception aux cultures de l’Antiquité. La rigueur et la minutie de l’analyse, la pratique de la micro-analyse, tout d’abord, peuvent rassembler des démarches apparemment aussi éloignées que celles qui s’attachent à des textes anciens ou des artefacts et celles qui s’inscrivent dans un travail de terrain.