Archives par mot-clé : Chine

Prochaine séance du séminaire : Pablo Blistein (Heidelberg) : « Le Ciel, le mandat, le destin : quelques réflexions sur la notion de ‘Mandat céleste’ dans la Chine impériale »

Pour la cinquième séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2015-2016, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS, nous aurons le plaisir d’écouter :

Pablo Blistein (Heidelberg) :
Le Ciel, le mandat, le destin : quelques réflexions sur la notion de ‘Mandat céleste’ dans la Chine impériale

Le lundi 4 avril 2016, de 11h à 13h, à l’EHESS, salle 662.

(Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vous y êtes cordialement invité(e)s,
Cléo Carastro, Caterina Guenzi, Silvia d’Intino, Frédérique Ildefonse

Journées d’études : La vie prénatale Destin, identité, mémoire. 5-6 juin 2014

La vie prénatale : Destin, identité, mémoire
5-6 juin 2014

Journées d’études organisées dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »

La vie de chacun est-elle contenue entre deux termes, le moment de la naissance ou de la conception et le moment indéterminé de la mort ? Le Coryphée à la fin d’Œdipe-roi de Sophocle appelle à toujours considérer le dernier jour de la vie d’un homme : seul le terme de sa vie peut permettre de dire s’il a vécu heureux. Mais la mort n’est pas seule décisive : l’impact qu’a la vie prénatale sur la vie de chacun, son identité, son destin a été pensé et développé dans différentes traditions religieuses, philosophiques et médicales, comme c’est le cas en Inde, en Afrique ou en Grèce ancienne.
La vie prénatale peut s’entendre de deux manières. Elle peut désigner tant la vie d’avant la conception que la vie comprise entre le moment de la conception et le moment de la naissance. Pour ce qui concerne la première acception de la vie prénatale, l’enquête devra toucher à l’eschatologie tout comme aux théories de l’âme et/ou du destin. Elle devra allier, dans le cadre d’une interrogation sur la personne, la réflexion sur la détermination à celle sur l’identité qui mènent toutes deux à poser la question d’un cycle des vies. Quel est le rapport de la vie prénatale à la mémoire et à l’oubli des vies ou des choix individuels ? Quelles pratiques, quelles formes rituelles lui sont-elles associées ? En fonction des configurations culturelles, il s’agira de voir quels indices, quelles inférences permettent l’affirmation d’une vie ou d’un lieu prénatals et de comprendre quelles sortes d’effets une vie prénatale induit sur notre vie d’après la naissance. Il s’agira aussi de comprendre quelles sont les conditions de l’émergence d’une parole sur cet ailleurs ou/et cet avant.
Pour ce qui concerne la seconde acception de la vie prénatale, l’enquête cherchera à analyser les idées de procréation et de génération qui s’y trouvent impliquées. Il s’agira notamment d’interroger la manière dont les différentes embryologies envisagent l’individuation, ses implications cosmologiques, son inscription sociale. Il importe également d’identifier les règles éthiques et juridiques auxquelles doit se  conformer celui qui intervient dans cette zone qui suit la conception et précède la naissance. Parler d’une vie prénatale ne suppose pas seulement, pour celui qui vivra la vie que nous connaissons et que nous avons en partage, un statut d’avant la vie, mais que ce statut d’avant la vie soit lui aussi une vie : ce que nous devrons interroger dans toute la complexité des questions qui s’en trouvent posées. Ce colloque se propose d’examiner les représentations, les théories et les pratiques concernant la vie prénatale avec une approche interdisciplinaire (anthropologie, philosophie, philologie, histoire). A partir de matériaux à la fois ethnographiques et textuels, les participants s’intéresseront aussi bien à l’embryologie et à la vie gestationnelle qu’aux idées concernant une existence ou des existences antérieures à la conception.

Jeudi 5 juin
Salles 638-640 Bâtiment Le France
190 Av. de France 75013 Paris

14h00-14h15
Dominique Jaillard (Université de Genève)
Introduction

14h15-15h00
Francis Zimmermann (EHESS)
Les interrogations sur la vie prénatale et la naissance de la philosophie dans l’Inde

15h00-15h15 Pause café

15h15-16h00
Frédérique Ildefonse (CNRS)
La vie avant la vie

16h00-16h45
Stéphan Dugast (IRD)
Destin et vie prénatale chez les Bassar du Togo

Vendredi 6 juin
Amphithéâtre F. Furet
105 Bd Raspail 75006 Paris

10h00-10h45
Luc Brisson (CNRS)
Quand l’embryon devient-il un être humain ?

10h45-11h30
Catherine Despeux (INALCO)
Façonnage du destin et vie prénatale dans la Chine ancienne

11h30-11h45 Pause café

11h45-12h30
Silvia D’Intino (CNRS)
Trois naissances divines : Agni, Indra, Yama

14h00-14h45
Noémie Merleau-Ponty (EHESS)
Humain, de l’embryon à l’être. Vies prénatales dans  et autour d’un laboratoire d’assistance médicale à la procréation français

14h45-15h30
Christèle Barois (EPHE)
« Cette âme tombée dans un corps étranger… » : notes sur le
Bhāgavatapurāṇa III 31

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30
Enric Porqueres i Gené (EHESS)
Subjectivité prénatale et oubli : une approche comparative

vieprenatale

Prochaine séance du séminaire : Stéphanie Homola (post-doctorante à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) : « Rituels de manipulation du destin dans le monde chinois contemporain »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » aura lieu lundi 2 juin 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Stéphanie Homola (post-doctorante à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) présentera un exposé intitulé:

« Rituels de manipulation du destin dans le monde chinois contemporain ».

Aurélie Névot (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine)»

Présentation de la séance du 17 juin 2013 :

Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant).

« Le chapitre concernant la période de la naissance et la période de la jeunesse » – issu de manuscrits écrits par bimo Zhao (†2003) – est le premier texte funéraire psalmodié à l’adresse d’un mort de sexe masculin. L’étude des 122 vers qui le composent révèle que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre (et donc en voie de divinisation). Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint en effet au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Devenir ancêtre suppose d’être un « bon mort », ce qui suppose d’avoir été un « bon vivant », intégré à la communauté et au cosmos, et ce, dès la vie intra-utérine. En psalmodiant son manuscrit, le bimo fait ainsi traverser au mort toutes les phases de socialisation du moment de sa conception à celui de son mariage. En lui faisant jouer une autre partition de vie, il l’inscrit idéalement dans sa lignée dont la perpétuation est dès lors assurée. Et c’est l’image d’un cours d’eau qui sert de support métaphorique, dans le texte rituel, à l’idée de vie qui suit son chemin.

Le déterminisme ancestral est ici prépondérant sur le destin, en ce sens que des bonnes relations entre morts et vivants dépend le devenir de chacun. Destin individuel et destin lignager sont inter-reliés. Et en fixant post-mortem un destin pour fixer un destin post-mortem, le bimo a une fonction essentielle dans la mise en adéquation de ces différents destins.

Aurélie Névot présente Versets chamaniques

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le jeudi 27 juin, à 19h, Aurélie Névot présentera son dernier livre Versets chamaniques, au Comptoir des Presses (86, rue Claude Bernard, Paris 5e), dans le cadre de l’entretien sur Pouvoir, musique et chamanisme. La Chine des marges vue par deux ethnologues.

Présentation par le Comptoir des Presses:

Soirée autour des livres de Sabine Trebinjac, Le pouvoir en chantant. Tome II : Une affaire d’État… impériale et d’Aurélie Névot, Versets chamaniques. Le Livre du sacrifice à la terre (Textes rituels de Chine) édités par les Publications de la société d’ethnologie

Avec :

  • Anne de Sales, ethnologue, chercheure CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-LESC) et associée à l’institut d’anthropologie sociale et culturelle de l’université d’Oxford (ISCA).
  • Sabine Trebinjac, ethnologue, chercheure CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-LESC).
  • Aurélie Névot, ethnologue, chercheure CNRS (Centre d’Etudes Himalayennes).

Les livres présentés ce soir sont écrits par des ethnologues qui s’intéressent à la Chine — celle qui depuis les temps ancestraux, comme le montre Sabine Trebinjac, tisse des relations étroites entre musique et politique, et celle qui continue d’agir sur la terre et ses récoltes par les psalmodies de ses chamanes, comme l’illustre Aurélie Névot. Cette dernière parution inaugure la collection Ecritures à la société d’ethnologie de Nanterre. La découverte d’une Chine peu conventionnelle sera illustrée par des diapositives. La soirée sera coordonnée par Anne de Sales, spécialiste du chamanisme népalais et de ses transformations (Je suis né de vos jeux de tambours. La religion chamanique des Magar du nord, Nanterre, Société d’ethnologie, 1991).

Prochaine séance du séminaire : Aurélie NEVOT (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la dernière séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 17 juin 2013, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 640, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Aurélie NEVOT (CNRS) présentera un exposé intitulé : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) »

Vous êtes toutes et tous cordialement invité(e)s,

Marcello Carastro, Silvia d’Intino, Caterina Guenzi, Frédérique
Ildefonse