Compte rendu du séminaire 2012-2013

Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien 

 

Coordination : Marcello Carastro (Ehess), Silvia D’Intino (Cnrs),

Caterina Guenzi (Ehess), Frédérique Ildefonse (Cnrs)

Dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : Terrains, textes, artefacts », ce séminaire interroge la notion de destin à travers les regards croisés de spécialistes des mondes anciens et d’ethnologues. La séance introductive s’est intéressée au lexique, à partir d’un tour de table réunissant africanistes, hellénistes, sinologues, assyriologues, égyptologues et indianistes. Les contributions ont examiné les noms utilisés pour désigner et invoquer le destin, ainsi que les expressions avec lesquelles on décrit son action.

La présentation de Jean-Jacques Glassner (CNRS), « Des mots, des textes, des questions: introduction à la Mésopotamie », a interrogé les limites du déterminisme cosmique qui anime les grands mythes mésopotamiens et selon lequel le destin de l’homme, être mortel au service des dieux, est fixé dès avant sa conception. Certains poèmes montrent que l’homme est également un être potentiellement subversif, qui sait pousser ses congénères à la révolte. Dans la Glorification de Marduk, le dieu à sacrifier est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine, le destin de l’homme ayant donc partie liée avec la justice et la vérité. L’exposé a également examiné une source divinatoire du 17e siècle avant notre ère qui met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes.

Dans son intervention « Destin et divination dans la Chine ancienne et dans le monde latin: Wang Chong (27-97) et Cicéron (106-43) », Marc Kalinowski (EPHE) a présenté une typologie des arts mantiques à partir du recueil de traités de la Balance des discours, en montrant les différents degrés de légitimité associés à chacun : physiognomonie, interprétation des calamités naturelles et des prodiges, divination par la tortue et l’achillée, hémérologie et magie. Il a développé ensuite une comparaison entre Wang Chong et Cicéron sur les questions du déterminisme destinal, de la providence, du rapport entre divination et destin.

L’exposé de Stéphan Dugast (IRD), « Destin et choix prénatal dans l’aire culturelle voltaïque (Afrique de l’ouest) » a porté sur la notion de choix prénatal : avant sa venue au monde, chaque personne est invitée à formuler, devant son créateur (qui prend dans la plupart des cas les traits du soleil), un choix quant à certaines caractéristiques de sa vie terrestre. Dans le Nord-Togo, on observe deux modèles assez distincts : l’un, centré autour de la figure du soleil comme instance créatrice de chaque personne ; l’autre, qui attribue une grande part du destin aux péripéties de la vie sentimentale partagée avec un conjoint prénatal de nature aquatique. L’exposé a montré comment ces deux modèles sont étroitement articulés chez les Bassar.

Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), dans son intervention « Chaï-Rénénet/Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Égypte du Nouvel Empire », a présenté les trois puissances Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine), ainsi que leur relation aux deux moments de la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, en effet, le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès et ses modalités, cela étant fixé au moment même de la mise au monde. S. Donnat s’est intéressée aux implications concrètes de ces conceptions à travers une analyse de l’ostracon Letellier, une lettre où le père de deux enfants morts prématurément demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante ».

Nous avons ensuite écouté Caterina Guenzi dont l’exposé « Naître renonçant. La notion de bhāgya dans les consultations astrologiques à Bénarès » examinait une représentation du destin qui contraste avec deux doctrines bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (skt. karman) et la théologie de la dette (skt. ṛṇa). La notion de bhāgya, cruciale dans la lecture de l’horoscope, véhicule une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse », le « patrimoine » qui seraient attribués à la naissance. Cette acception économique du bhāgya, tout en étant ancienne, est adaptée aux besoins des classes moyennes et hautes de milieu urbain dans l’Inde contemporaine.

Dans la séance de clôture, Aurélie Névot a présenté un dossier intitulé « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) ». Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant). L’exégèse d’un texte funéraire a permis de voir que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre. Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Le séminaire a été également le lieu d’élaboration du colloque international « Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes », en l’honneur de Geoffrey E. R. Lloyd, qui a eu lieu à l’Ehess, dans le cadre du PRI, les 6 et 7 juin 2013.

Caterina Guenzi (EHESS): “Naître créancier. La notion de bhāgya dans la lecture des horoscopes à Bénarès” (13 mai 2013)

En tant que théorie établie dans la littérature sanskrite, l’astrologie contraste avec deux autres doctrines de la destinée humaine bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (sk. karman), qui postule un rapport de causalité entre la qualité morale des actes accomplis et les conditions de (re)naissance, et la théologie de la dette (sk. ṛṇa), selon laquelle la vie est un processus d’acquittement des dettes que l’homme contracte, à la naissance, à l’égard des sages, des dieux et des ancêtres. Tout comme ces théories, l’astrologie est reconnue comme orthodoxe dans le cadre de la pensée brahmanique et contribue à l’exercice de la prêtrise. Pourtant, la théorie du destin décrite dans la théorie de l’horoscope est, non seulement alternative, mais, à plusieurs égards, antagoniste par rapport à ces deux doctrines dominantes. En examinant le champ sémantique et les usages de la notion de bhāgya au cours des consultations astrologiques à Bénarès, l’exposé présentait les multiples facettes d’une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse » ou le « patrimoine » attribués à la naissance. Cette acception économique de la notion de bhāgya a été examinée à la lumière des transformations sociétales qui ont suivi les reformes de libéralisation de l’Inde au début des années ’90.

Stéphan Dugast (IRD) : « Destin et choix prénatal dans l’aire culturelle voltaïque (Afrique de l’ouest) »

Présentation de la séance du 18 mars 2013 :

En Afrique de l’Ouest, chez les populations de l’aire culturelle voltaïque, l’essentiel des conceptions de la destinée repose sur la notion de choix prénatal : avant sa venue au monde, chaque personne est invitée à formuler, devant son créateur (qui prend dans la plupart des cas les traits du soleil), un choix quant à certaines caractéristiques de ce que sera sa vie terrestre. Ces caractéristiques sont prédéfinies quant à leur nature (parmi d’autres : le type d’aptitude détenu, le nombre d’enfants, ou encore la date de la mort) mais ouvertes quant aux options que chacune présente. Selon les sociétés considérées, ce type de choix est plus ou moins irrévocable, certains rites très particuliers permettant parfois d’en corriger la teneur.

Tel est, dans ses grandes lignes, le schéma le plus fréquemment rencontré. Cependant, dans une partie de l’aire culturelle considérée (la partie centrée autour du Nord-Togo), on observe en réalité deux modèles assez distincts : l’un, centré autour de la figure du soleil comme instance créatrice de chaque personne, correspond au schéma résumé ci-dessus ; l’autre, avec au premier plan la figure d’un conjoint prénatal de nature aquatique, attribue une grande part du destin de chacun aux péripéties de la vie sentimentale partagée avec ce premier conjoint.

Les Bassar du Togo présentent la particularité d’avoir combiné ces deux modèles dans un ensemble intégré qui articule étroitement ces deux volets, avec non seulement une présentation unifiée de la vie prénatale en différentes séquences, mais aussi des pratiques rituelles, elles aussi mutuellement intelligibles, qui répondent aux exigences variées nées de cette coexistence.

Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Chaï-Rénénet-Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Egypte du Nouvel Empire

Présentation de la séance du 15 avril 2013 :

Dans l’Égypte du Nouvel Empire (2e moitié du IIe millénaire av. n. è.), l’idée de destin correspond à une triade de divinités : Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine). Ces trois puissances ont à voir avec les deux limites de l’existence humaine, que sont la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, il apparaît effectivement que le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès, et de ses modalités, et que ceux-ci sont fixés au moment même de la mise au monde. Le conte néo-égyptien du Prince prédestiné met par exemple en scène un prince promis dès sa naissance à trois morts violentes. Le Calendrier des Jours fastes et néfastes indique par ailleurs, entre autres précisions, que certains jours de l’année sont plus favorables que d’autres aux nouveaux-nés : selon le jour de leur naissance, ils peuvent être promis à une mort au terme d’une vieillesse vénérable, ou au contraire à une mort prématurée et violente. Preuve que ces conceptions avaient des implications concrètes dans le quotidien est donnée par une lettre provenant probablement de la région thébaine : l’ostracon Letellier. Le père de deux enfants morts prématurément y demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante », afin qu’elle détermine si ces décès sont conformes aux destins Chaï/Rénénét des enfants, ou si, au contraire, ils sont imputables à l’action d’un dieu. Ce dernier cas constituerait un danger potentiel à traiter pour les parents survivants, contrairement semble-t-il à la réalisation d’un destin assigné. La mise en parallèle de cette lettre avec des compositions funéraires montrant Chaï, Rénénet et Meskhénet assistant au jugement posthume à côté du mort, paraît en effet indiquer que ces trois entités sont constitutives de la personnalité d’un individu.

Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Le destin, textes, mots, questions »

Présentation de la séance du 10 décembre 2012 :

À la lecture des grands mythes mésopotamiens, on croit comprendre qu’il existe un déterminisme du mouvement général du cosmos et qui concerne aussi tous les étants qui l’habitent. Ainsi, le destin de l’homme est-il fixé dès avant sa conception : il sera un être mortel au service des dieux. Selon le poème d’Atra-hasis, le dieu immolé lors de la création de l’homme sait mettre en œuvre les ordres divins, mais il sait aussi pousser ses congénères à la révolte. L’homme est donc potentiellement un être subversif. Cela préjuge des limites que peut connaître le déterminisme. Dans la Glorification de Marduk, le choix du dieu à sacrifier se porte sur le général de l’armée hostile au cosmos ; il est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine et son sacrifice est présenté comme le châtiment qui lui est infligé, l’assemblée s’érigeant en cour de justice. Le destin de l’homme a donc partie liée avec la justice et la vérité ; toute sa vie durant, il sera redevable de la justice. On peut donc dire, avec Walter Benjamin, que « le destin est l’ensemble des relations qui du vivant font un coupable ».

Partant, une source divinatoire du 17e siècle met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes : « Si le doigt médian du poumon est renversé et pointe vers la trachée-artère – (a) le fleuve sera obstrué (et) les eaux tariront ; (b) le territoire, ses dieux l’abandonneront ; (c) le pays ira à la désolation ou bien le règne changera. » Le devin sait le présage en rapport avec l’oracle (a), évocateur d’une stratégie militaire bien connue ; l’oracle (b) évoque l’attitude des dieux, il énonce la véritable cause des événements annoncés ; l’oracle (c), enfin, expose, sous la forme d’une double alternative, le pays ira à sa perte ou le roi changera, la solution au problème : il appartient aux intéressés de trancher. On dira que « la liberté est en quelque sorte l’instrument par lequel la contrainte s’exerce » (A. Lentacker).

 

 

 

Aurélie Névot (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine)»

Présentation de la séance du 17 juin 2013 :

Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant).

« Le chapitre concernant la période de la naissance et la période de la jeunesse » – issu de manuscrits écrits par bimo Zhao (†2003) – est le premier texte funéraire psalmodié à l’adresse d’un mort de sexe masculin. L’étude des 122 vers qui le composent révèle que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre (et donc en voie de divinisation). Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint en effet au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Devenir ancêtre suppose d’être un « bon mort », ce qui suppose d’avoir été un « bon vivant », intégré à la communauté et au cosmos, et ce, dès la vie intra-utérine. En psalmodiant son manuscrit, le bimo fait ainsi traverser au mort toutes les phases de socialisation du moment de sa conception à celui de son mariage. En lui faisant jouer une autre partition de vie, il l’inscrit idéalement dans sa lignée dont la perpétuation est dès lors assurée. Et c’est l’image d’un cours d’eau qui sert de support métaphorique, dans le texte rituel, à l’idée de vie qui suit son chemin.

Le déterminisme ancestral est ici prépondérant sur le destin, en ce sens que des bonnes relations entre morts et vivants dépend le devenir de chacun. Destin individuel et destin lignager sont inter-reliés. Et en fixant post-mortem un destin pour fixer un destin post-mortem, le bimo a une fonction essentielle dans la mise en adéquation de ces différents destins.

Aurélie Névot présente Versets chamaniques

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le jeudi 27 juin, à 19h, Aurélie Névot présentera son dernier livre Versets chamaniques, au Comptoir des Presses (86, rue Claude Bernard, Paris 5e), dans le cadre de l’entretien sur Pouvoir, musique et chamanisme. La Chine des marges vue par deux ethnologues.

Présentation par le Comptoir des Presses:

Soirée autour des livres de Sabine Trebinjac, Le pouvoir en chantant. Tome II : Une affaire d’État… impériale et d’Aurélie Névot, Versets chamaniques. Le Livre du sacrifice à la terre (Textes rituels de Chine) édités par les Publications de la société d’ethnologie

Avec :

  • Anne de Sales, ethnologue, chercheure CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-LESC) et associée à l’institut d’anthropologie sociale et culturelle de l’université d’Oxford (ISCA).
  • Sabine Trebinjac, ethnologue, chercheure CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-LESC).
  • Aurélie Névot, ethnologue, chercheure CNRS (Centre d’Etudes Himalayennes).

Les livres présentés ce soir sont écrits par des ethnologues qui s’intéressent à la Chine — celle qui depuis les temps ancestraux, comme le montre Sabine Trebinjac, tisse des relations étroites entre musique et politique, et celle qui continue d’agir sur la terre et ses récoltes par les psalmodies de ses chamanes, comme l’illustre Aurélie Névot. Cette dernière parution inaugure la collection Ecritures à la société d’ethnologie de Nanterre. La découverte d’une Chine peu conventionnelle sera illustrée par des diapositives. La soirée sera coordonnée par Anne de Sales, spécialiste du chamanisme népalais et de ses transformations (Je suis né de vos jeux de tambours. La religion chamanique des Magar du nord, Nanterre, Société d’ethnologie, 1991).

Prochaine séance du séminaire : Aurélie NEVOT (CNRS) : “Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine)”

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la dernière séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 17 juin 2013, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 640, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Aurélie NEVOT (CNRS) présentera un exposé intitulé : “Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine)”

Vous êtes toutes et tous cordialement invité(e)s,

Marcello Carastro, Silvia d’Intino, Caterina Guenzi, Frédérique
Ildefonse

Colloque international en l’honneur de Geoffrey E.R. Lloyd : “Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes”. Jeudi 6 et vendredi 7 juin 2013.

Le PRI “Pratiquer le comparatisme: terrains, textes, artefacts” organise un colloque international en l’honneur de Geoffrey E.R. Lloyd intitulé:

“Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes”

 EHESS (Bât. Le France – CEIAS, salles 638-640 – 190 avenue de France – 75013 PARIS)  le jeudi 6 et le vendredi 7 juin 2013.

Vous y êtes cordialement invité(e)s,
Marcello Carastro, Silvia d’Intino, Caterina Guenzi, Frédérique Ildefonse

 

Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes

Causes and Connections. On Divination and other Inquiries into Nature and Humans 

En philosophie on entend par cause, traditionnellement, la réponse à une question, celle du « Pourquoi ? ». Or, la causalité n’est qu’un cas particulier de la mise en relation, un type de connexion à côté d’autres. Ce colloque s’interroge sur la pluralité des connexions, c’est-à-dire sur ce qui distingue le lien de causalité de la simple association, de la correspondance ou de l’influence. La logique et la physique sont certes deux formes éminentes de la mise en relation entre causalité et discours, mais il en existe d’autres. Quels rapports des activités humaines fondamentales telles que la divination et les pratiques rituelles entretiennent-elles avec la causalité et d’autres types de connexion ? Y a-t-il nécessairement un soubassement cosmologique à la découverte des connexions, à l’exercice de la causalité ? Comment les différentes enquêtes sur la nature et les hommes mobilisent-elles, forgent-elles, configurent-elles une pluralité de connexions ? La pratique des connexions est indissociable d’une mise en discours, que ce soit sous la forme d’une explication, d’une prescription, d’un récit, d’une justification, voire d’une doctrine. Elle ne saurait être détachée des acteurs qui l’opèrent, des contextes de réalisation et des buts recherchés.

Dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts », ce colloque international réunit ethnologues, philologues et philosophes autour des travaux de Geoffrey Lloyd et de leur apport à la pratique du comparatisme. En prenant appui notamment sur son ouvrage Cognitive Variations (2007), nous souhaitons interroger le problème de la coexistence de causalités autour d’un même événement, en mettant en perspective des pratiques rituelles saisies en contexte divinatoire et des savoirs prédictifs constitués en corpus de connaissances.

 

Programme

Jeudi 6 juin :

14h Accueil des participants

14h 15 Marcello Carastro (EHESS) : Introduction au colloque

14h30 Geoffrey Lloyd (Needham Research Institute, Cambridge) – conférence inaugurale : “Where is the history of ancient science going, or where should it go?” 

15h15 Karine Chemla (SPHERE, CNRS/Paris 7, ERC grant SAW) : « Cause et abstraction dans une pratique mathématique de la Chine ancienne »
Discutant : Christian Jacob (EHESS-CNRS)

16h pause café

16h30 Francis Zimmermann (EHESS) : « Nidāna dans quelques textes sanskrits et l’occasionnalisme indien ».
Discutant : Claude Calame (EHESS)

17h15 Renaud Gagné (Pembroke College, Cambridge) : « Voir la colère des dieux : causes et temporalités divines chez Hérodote »
Discutant : Emanuele Coccia (EHESS)

 

Vendredi 7 juin, matin :

10h Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Les limites du destin en Mésopotamie, entre association et cause? »
Discutant : François Hartog (EHESS)

10h45 Frédérique Ildefonse (CNRS) : « Logique et divination dans le stoïcisme »
Discutant : Philippe Descola (Collège de France)

11h30 pause

12h Silvia d’Intino (CNRS) : « Du lien sémantique. La notion de bandhu dans l’étymologie védique »
Discutant : Leopoldo Iribarren  (FMSH-Labex RESMED)

 

Vendredi 7 juin, après-midi :

14h30 Stéphan Dugast (IRD) : « Regarder sur la terre pour la rendre belle. Présages et prédictions dans la divination bassar (Togo) »
Discutant : Jean-Claude Galey (EHESS)

15h15 Caterina Guenzi (EHESS) : « La part des autres. Étiologies astrologiques et relations de parenté à Bénarès »
Discutant : Marcello Carastro (EHESS)

16h pause café

16h30 Dominique Jaillard (Université de Lausanne) : « Les liens de la souillure : Oedipe, Loimos et la terre thébaine »
Discutante : Danouta Liberski-Bagnoud (CNRS, IEA Nantes)

17h15 Table ronde conclusive.

Veuillez cliquer ici pour afficher le programme au format pdf

A short presentation of the Conference

Journées d’étude “Arcs-en-ciel et couleurs. Regards comparatifs”, Paris, 17 et 18 mai 2013

Dans le cadre du PRI “Pratiquer le comparatisme: terrains, textes, artefacts”, se tiendront les journées d’étude “Arcs-en-ciel et couleurs. Regards comparatifs”, à Paris, le vendredi 17 mai (Musée du Quai Branly) et le samedi 18 mai (INHA).

Après la parution du volume collectif L’Antiquité en couleurs : catégories, pratiques, représentations (Grenoble, Millon, 2009), issu de réflexions communes entamées depuis 2003, les membres de l’atelier Chromo ont souhaité reprendre l’étude des couleurs afin d’approfondir l’expérience comparatiste. Une piste d’analyse suggérée par plusieurs des contributions méritait d’être explorée : les jeux d’opposition entre coloré et incolore, polychrome et monochrome, avec toute la gamme des gradations intermédiaires qui les accompagnent : peu coloré/très coloré, terne/chatoyant, mat/lumineux,  foncé/clair. De telles polarités sont mobilisées en connexion avec d’autres types d’opposition : création/chaos, animation/absence de vie, pureté/dévoiement, simplicité/excès,
vérité/mensonge, etc.
Cette piste invite à appréhender la question des couleurs de manière dynamique, à travers les processus de différenciation des couleurs, de diffraction, mais aussi d’altération, de réduction et de disparition de la couleur. Pour ouvrir l’enquête, nous avons choisi de partir d’un objet qui permet de croiser la question de l’incolore, du coloré, du polychrome et du monochrome, tout en prenant en compte la temporalité des effets chromatiques : l’arc-
en-ciel. Si plusieurs études ont été consacrées à l’histoire de sa perception par les hommes, aucune n’a abordé le sujet dans une perspective comparatiste.
L’arc-en-ciel sera donc pour nous un moyen d’interroger les couleurs de façon dynamique,  dans leur dimension temporelle (apparition/disparition ; éphémère/permanent) et cosmogonique (manifestation d’une puissance « surnaturelle », relation avec un
« autre » monde, lien avec la genèse de l’univers). La réflexion pourra éventuellement s’ouvrir sur les phénomènes d’ « irisation » et d’« iridescence » qui se trouvent associés à des matières (fleurs, plumes, écailles, mosaïque,…), à des animaux (serpent, caméléon, colibri), etc. – autant de réalités concrètes susceptibles de produire des phénomènes chromatiques impalpables, fugaces, mais hautement évocateurs, ainsi que l’illustrent, entre autres, les mythes amérindiens étudiés par Lévi-Strauss sur le serpent/arc-en-ciel primordial associé à la
genèse des couleurs.

Contacts :
Adeline Grand-Clément
adelinegc “at” yahoo “point” fr
Manon Brouillet
manon.brouillet “at” ehess “point” fr
Marcello Carastro
marcello.carastro “at” ehess “point” fr

(Pour voir le programme en détail, cliquez sur l’image)

prog arce-en-ciel1 prog arce-en-ciel2

Pratiquer le comparatisme

Le PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »
Le Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » a été créé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris en 2012 par Marcello Carastro (EHESS), Caterina Guenzi (EHESS) et Frédérique Ildefonse (CNRS). Depuis plusieurs années, les membres de ce PRI (ethnologues, philologues et philosophes) pratiquent en anthropologie un comparatisme contrastif et expérimental qui se construit dans un dialogue de longue durée et qui, soucieux de restituer les catégories de pensée propres à chaque ensemble culturel, ne constitue pas des systèmes fermés sur eux-mêmes, mais, au contraire, crée les conditions pour élaborer l’objet de la comparaison au fil des échanges. Pratiqué par des spécialistes des mondes anciens et des mondes contemporains, ce comparatisme critique n’exclut rien qui serait prétendument impropre à la comparaison. Il ne présume aucune hiérarchie entre des aires culturelles, pas plus qu’il n’assure un statut d’exception aux cultures de l’Antiquité. La rigueur et la minutie de l’analyse, la pratique de la micro-analyse, tout d’abord, peuvent rassembler des démarches apparemment aussi éloignées que celles qui s’attachent à des textes anciens ou des artefacts et celles qui s’inscrivent dans un travail de terrain.

Terrains, textes, artefacts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search