Le PRI

Le Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » a été créé à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris en 2012 par Cléo M. Carastro (EHESS), Caterina Guenzi (EHESS) et Frédérique Ildefonse (CNRS).

Depuis plusieurs années, les membres de ce PRI (ethnologues, philologues et philosophes) pratiquent en anthropologie un comparatisme contrastif et expérimental qui se construit dans un dialogue de longue durée et qui, soucieux de restituer les catégories de pensée propres à chaque ensemble culturel, ne constitue pas des systèmes fermés sur eux-mêmes, mais, au contraire, crée les conditions pour élaborer l’objet de la comparaison au fil des échanges.

Pratiqué par des spécialistes des mondes anciens et des mondes contemporains, ce comparatisme critique n’exclut rien qui serait prétendument impropre à la comparaison. Il ne présume aucune hiérarchie entre des aires culturelles, pas plus qu’il n’assure un statut d’exception aux cultures de l’Antiquité. La rigueur et la minutie de l’analyse, la pratique de la micro-analyse, tout d’abord, peuvent rassembler des démarches apparemment aussi éloignées que celles qui s’attachent à des textes anciens ou des artefacts et celles qui s’inscrivent dans un travail de terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Terrains, textes, artefacts