Compte rendu du séminaire 2012-2013

Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien 

 

Coordination : Marcello Carastro (Ehess), Silvia D’Intino (Cnrs),

Caterina Guenzi (Ehess), Frédérique Ildefonse (Cnrs)

Dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : Terrains, textes, artefacts », ce séminaire interroge la notion de destin à travers les regards croisés de spécialistes des mondes anciens et d’ethnologues. La séance introductive s’est intéressée au lexique, à partir d’un tour de table réunissant africanistes, hellénistes, sinologues, assyriologues, égyptologues et indianistes. Les contributions ont examiné les noms utilisés pour désigner et invoquer le destin, ainsi que les expressions avec lesquelles on décrit son action.

La présentation de Jean-Jacques Glassner (CNRS), « Des mots, des textes, des questions: introduction à la Mésopotamie », a interrogé les limites du déterminisme cosmique qui anime les grands mythes mésopotamiens et selon lequel le destin de l’homme, être mortel au service des dieux, est fixé dès avant sa conception. Certains poèmes montrent que l’homme est également un être potentiellement subversif, qui sait pousser ses congénères à la révolte. Dans la Glorification de Marduk, le dieu à sacrifier est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine, le destin de l’homme ayant donc partie liée avec la justice et la vérité. L’exposé a également examiné une source divinatoire du 17e siècle avant notre ère qui met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes.

Dans son intervention « Destin et divination dans la Chine ancienne et dans le monde latin: Wang Chong (27-97) et Cicéron (106-43) », Marc Kalinowski (EPHE) a présenté une typologie des arts mantiques à partir du recueil de traités de la Balance des discours, en montrant les différents degrés de légitimité associés à chacun : physiognomonie, interprétation des calamités naturelles et des prodiges, divination par la tortue et l’achillée, hémérologie et magie. Il a développé ensuite une comparaison entre Wang Chong et Cicéron sur les questions du déterminisme destinal, de la providence, du rapport entre divination et destin.

L’exposé de Stéphan Dugast (IRD), « Destin et choix prénatal dans l’aire culturelle voltaïque (Afrique de l’ouest) » a porté sur la notion de choix prénatal : avant sa venue au monde, chaque personne est invitée à formuler, devant son créateur (qui prend dans la plupart des cas les traits du soleil), un choix quant à certaines caractéristiques de sa vie terrestre. Dans le Nord-Togo, on observe deux modèles assez distincts : l’un, centré autour de la figure du soleil comme instance créatrice de chaque personne ; l’autre, qui attribue une grande part du destin aux péripéties de la vie sentimentale partagée avec un conjoint prénatal de nature aquatique. L’exposé a montré comment ces deux modèles sont étroitement articulés chez les Bassar.

Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), dans son intervention « Chaï-Rénénet/Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Égypte du Nouvel Empire », a présenté les trois puissances Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine), ainsi que leur relation aux deux moments de la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, en effet, le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès et ses modalités, cela étant fixé au moment même de la mise au monde. S. Donnat s’est intéressée aux implications concrètes de ces conceptions à travers une analyse de l’ostracon Letellier, une lettre où le père de deux enfants morts prématurément demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante ».

Nous avons ensuite écouté Caterina Guenzi dont l’exposé « Naître renonçant. La notion de bhāgya dans les consultations astrologiques à Bénarès » examinait une représentation du destin qui contraste avec deux doctrines bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (skt. karman) et la théologie de la dette (skt. ṛṇa). La notion de bhāgya, cruciale dans la lecture de l’horoscope, véhicule une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse », le « patrimoine » qui seraient attribués à la naissance. Cette acception économique du bhāgya, tout en étant ancienne, est adaptée aux besoins des classes moyennes et hautes de milieu urbain dans l’Inde contemporaine.

Dans la séance de clôture, Aurélie Névot a présenté un dossier intitulé « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) ». Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant). L’exégèse d’un texte funéraire a permis de voir que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre. Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Le séminaire a été également le lieu d’élaboration du colloque international « Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes », en l’honneur de Geoffrey E. R. Lloyd, qui a eu lieu à l’Ehess, dans le cadre du PRI, les 6 et 7 juin 2013.


Une réflexion sur « Compte rendu du séminaire 2012-2013 »

  1. Par philosophie yahoo group
    Très intéressant, grande clarté du sîte
    (LEM – EPHE: études coptes Nag-Hammadi – Noms Barbares)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.