Caterina Guenzi (EHESS): « Naître créancier. La notion de bhāgya dans la lecture des horoscopes à Bénarès » (13 mai 2013)

En tant que théorie établie dans la littérature sanskrite, l’astrologie contraste avec deux autres doctrines de la destinée humaine bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (sk. karman), qui postule un rapport de causalité entre la qualité morale des actes accomplis et les conditions de (re)naissance, et la théologie de la dette (sk. ṛṇa), selon laquelle la vie est un processus d’acquittement des dettes que l’homme contracte, à la naissance, à l’égard des sages, des dieux et des ancêtres. Tout comme ces théories, l’astrologie est reconnue comme orthodoxe dans le cadre de la pensée brahmanique et contribue à l’exercice de la prêtrise. Pourtant, la théorie du destin décrite dans la théorie de l’horoscope est, non seulement alternative, mais, à plusieurs égards, antagoniste par rapport à ces deux doctrines dominantes. En examinant le champ sémantique et les usages de la notion de bhāgya au cours des consultations astrologiques à Bénarès, l’exposé présentait les multiples facettes d’une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse » ou le « patrimoine » attribués à la naissance. Cette acception économique de la notion de bhāgya a été examinée à la lumière des transformations sociétales qui ont suivi les reformes de libéralisation de l’Inde au début des années ’90.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.