Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Chaï-Rénénet-Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Egypte du Nouvel Empire

Présentation de la séance du 15 avril 2013 :

Dans l’Égypte du Nouvel Empire (2e moitié du IIe millénaire av. n. è.), l’idée de destin correspond à une triade de divinités : Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine). Ces trois puissances ont à voir avec les deux limites de l’existence humaine, que sont la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, il apparaît effectivement que le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès, et de ses modalités, et que ceux-ci sont fixés au moment même de la mise au monde. Le conte néo-égyptien du Prince prédestiné met par exemple en scène un prince promis dès sa naissance à trois morts violentes. Le Calendrier des Jours fastes et néfastes indique par ailleurs, entre autres précisions, que certains jours de l’année sont plus favorables que d’autres aux nouveaux-nés : selon le jour de leur naissance, ils peuvent être promis à une mort au terme d’une vieillesse vénérable, ou au contraire à une mort prématurée et violente. Preuve que ces conceptions avaient des implications concrètes dans le quotidien est donnée par une lettre provenant probablement de la région thébaine : l’ostracon Letellier. Le père de deux enfants morts prématurément y demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante », afin qu’elle détermine si ces décès sont conformes aux destins Chaï/Rénénét des enfants, ou si, au contraire, ils sont imputables à l’action d’un dieu. Ce dernier cas constituerait un danger potentiel à traiter pour les parents survivants, contrairement semble-t-il à la réalisation d’un destin assigné. La mise en parallèle de cette lettre avec des compositions funéraires montrant Chaï, Rénénet et Meskhénet assistant au jugement posthume à côté du mort, paraît en effet indiquer que ces trois entités sont constitutives de la personnalité d’un individu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.