Archives par mot-clé : Inde

Prochaine séance : Frédérique Ildefonse (CNRS) : Sur les matériaux indiens et les matériaux grecs. Essai de comparaison

Chères et chers collègues,

Pour la troisième séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2016-2017, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS (http://daimon.hypotheses.org), nous aurons le plaisir d’écouter :

Frédérique Ildefonse (CNRS) : « Sur les matériaux indiens et les matériaux grecs. Essai de comparaison »

Le lundi 6 mars 2017, de 11h à 13h, à l’EHESS, salle 662 (Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vous y êtes cordialement invité(e)s.

Prochaine séance du séminaire: Silvia d’Intino (CNRS) « La dernière vie »

Pour la première séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2015-2016, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS, nous aurons le plaisir d’écouter :

Silvia d’Intino (CNRS), « La dernière vie« .

Répondante: Frédérique Ildefonse (CNRS)

Le lundi 7 décembre 2015, de 11h à 13h, à l’EHESS, salle 640

(Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vous y êtes cordialement invité(e)s,
Cléo Carastro, Caterina Guenzi, Silvia d’Intino, Frédérique Ildefonse

Journées d’études : La vie prénatale Destin, identité, mémoire. 5-6 juin 2014

La vie prénatale : Destin, identité, mémoire
5-6 juin 2014

Journées d’études organisées dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »

La vie de chacun est-elle contenue entre deux termes, le moment de la naissance ou de la conception et le moment indéterminé de la mort ? Le Coryphée à la fin d’Œdipe-roi de Sophocle appelle à toujours considérer le dernier jour de la vie d’un homme : seul le terme de sa vie peut permettre de dire s’il a vécu heureux. Mais la mort n’est pas seule décisive : l’impact qu’a la vie prénatale sur la vie de chacun, son identité, son destin a été pensé et développé dans différentes traditions religieuses, philosophiques et médicales, comme c’est le cas en Inde, en Afrique ou en Grèce ancienne.
La vie prénatale peut s’entendre de deux manières. Elle peut désigner tant la vie d’avant la conception que la vie comprise entre le moment de la conception et le moment de la naissance. Pour ce qui concerne la première acception de la vie prénatale, l’enquête devra toucher à l’eschatologie tout comme aux théories de l’âme et/ou du destin. Elle devra allier, dans le cadre d’une interrogation sur la personne, la réflexion sur la détermination à celle sur l’identité qui mènent toutes deux à poser la question d’un cycle des vies. Quel est le rapport de la vie prénatale à la mémoire et à l’oubli des vies ou des choix individuels ? Quelles pratiques, quelles formes rituelles lui sont-elles associées ? En fonction des configurations culturelles, il s’agira de voir quels indices, quelles inférences permettent l’affirmation d’une vie ou d’un lieu prénatals et de comprendre quelles sortes d’effets une vie prénatale induit sur notre vie d’après la naissance. Il s’agira aussi de comprendre quelles sont les conditions de l’émergence d’une parole sur cet ailleurs ou/et cet avant.
Pour ce qui concerne la seconde acception de la vie prénatale, l’enquête cherchera à analyser les idées de procréation et de génération qui s’y trouvent impliquées. Il s’agira notamment d’interroger la manière dont les différentes embryologies envisagent l’individuation, ses implications cosmologiques, son inscription sociale. Il importe également d’identifier les règles éthiques et juridiques auxquelles doit se  conformer celui qui intervient dans cette zone qui suit la conception et précède la naissance. Parler d’une vie prénatale ne suppose pas seulement, pour celui qui vivra la vie que nous connaissons et que nous avons en partage, un statut d’avant la vie, mais que ce statut d’avant la vie soit lui aussi une vie : ce que nous devrons interroger dans toute la complexité des questions qui s’en trouvent posées. Ce colloque se propose d’examiner les représentations, les théories et les pratiques concernant la vie prénatale avec une approche interdisciplinaire (anthropologie, philosophie, philologie, histoire). A partir de matériaux à la fois ethnographiques et textuels, les participants s’intéresseront aussi bien à l’embryologie et à la vie gestationnelle qu’aux idées concernant une existence ou des existences antérieures à la conception.

Jeudi 5 juin
Salles 638-640 Bâtiment Le France
190 Av. de France 75013 Paris

14h00-14h15
Dominique Jaillard (Université de Genève)
Introduction

14h15-15h00
Francis Zimmermann (EHESS)
Les interrogations sur la vie prénatale et la naissance de la philosophie dans l’Inde

15h00-15h15 Pause café

15h15-16h00
Frédérique Ildefonse (CNRS)
La vie avant la vie

16h00-16h45
Stéphan Dugast (IRD)
Destin et vie prénatale chez les Bassar du Togo

Vendredi 6 juin
Amphithéâtre F. Furet
105 Bd Raspail 75006 Paris

10h00-10h45
Luc Brisson (CNRS)
Quand l’embryon devient-il un être humain ?

10h45-11h30
Catherine Despeux (INALCO)
Façonnage du destin et vie prénatale dans la Chine ancienne

11h30-11h45 Pause café

11h45-12h30
Silvia D’Intino (CNRS)
Trois naissances divines : Agni, Indra, Yama

14h00-14h45
Noémie Merleau-Ponty (EHESS)
Humain, de l’embryon à l’être. Vies prénatales dans  et autour d’un laboratoire d’assistance médicale à la procréation français

14h45-15h30
Christèle Barois (EPHE)
« Cette âme tombée dans un corps étranger… » : notes sur le
Bhāgavatapurāṇa III 31

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30
Enric Porqueres i Gené (EHESS)
Subjectivité prénatale et oubli : une approche comparative

vieprenatale

Caterina Guenzi (EHESS): « Naître créancier. La notion de bhāgya dans la lecture des horoscopes à Bénarès » (13 mai 2013)

En tant que théorie établie dans la littérature sanskrite, l’astrologie contraste avec deux autres doctrines de la destinée humaine bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (sk. karman), qui postule un rapport de causalité entre la qualité morale des actes accomplis et les conditions de (re)naissance, et la théologie de la dette (sk. ṛṇa), selon laquelle la vie est un processus d’acquittement des dettes que l’homme contracte, à la naissance, à l’égard des sages, des dieux et des ancêtres. Tout comme ces théories, l’astrologie est reconnue comme orthodoxe dans le cadre de la pensée brahmanique et contribue à l’exercice de la prêtrise. Pourtant, la théorie du destin décrite dans la théorie de l’horoscope est, non seulement alternative, mais, à plusieurs égards, antagoniste par rapport à ces deux doctrines dominantes. En examinant le champ sémantique et les usages de la notion de bhāgya au cours des consultations astrologiques à Bénarès, l’exposé présentait les multiples facettes d’une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse » ou le « patrimoine » attribués à la naissance. Cette acception économique de la notion de bhāgya a été examinée à la lumière des transformations sociétales qui ont suivi les reformes de libéralisation de l’Inde au début des années ’90.