Archives par mot-clé : Destin

Calendrier du séminaire 2014-2015

1 er décembre : Nicolas Meylan (Université de Genève), « Destin et héros. Vers une définition sociopolitique du destin dans la littérature islandaise médiévale »

5 janvier : autour du livre de Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Ecrire à ses morts , Grenoble, Millon, 2014. Discussion avec: Marcello Carastro, Jean-Jacques Glassner

2 février : Véronique Dasen (Université de Fribourg) « Quand un rite en cache un autre »

2 mars : Maxime Pierre (Université Paris 7)

30 mars : Claude Calame (EHESS) « Réflexion sur l’anthropologie du destin et de l’action narrative dramatisée entre poésie épique, historiographie et tragédie grecques »

4 mai : Matthias Hayek (Université Paris 7)

1 er juin : Destin, terrains en regard

Les séances ont lieu de 11 h à 13 h, salle 662, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris.

 

Journées d’études : La vie prénatale Destin, identité, mémoire. 5-6 juin 2014

La vie prénatale : Destin, identité, mémoire
5-6 juin 2014

Journées d’études organisées dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »

La vie de chacun est-elle contenue entre deux termes, le moment de la naissance ou de la conception et le moment indéterminé de la mort ? Le Coryphée à la fin d’Œdipe-roi de Sophocle appelle à toujours considérer le dernier jour de la vie d’un homme : seul le terme de sa vie peut permettre de dire s’il a vécu heureux. Mais la mort n’est pas seule décisive : l’impact qu’a la vie prénatale sur la vie de chacun, son identité, son destin a été pensé et développé dans différentes traditions religieuses, philosophiques et médicales, comme c’est le cas en Inde, en Afrique ou en Grèce ancienne.
La vie prénatale peut s’entendre de deux manières. Elle peut désigner tant la vie d’avant la conception que la vie comprise entre le moment de la conception et le moment de la naissance. Pour ce qui concerne la première acception de la vie prénatale, l’enquête devra toucher à l’eschatologie tout comme aux théories de l’âme et/ou du destin. Elle devra allier, dans le cadre d’une interrogation sur la personne, la réflexion sur la détermination à celle sur l’identité qui mènent toutes deux à poser la question d’un cycle des vies. Quel est le rapport de la vie prénatale à la mémoire et à l’oubli des vies ou des choix individuels ? Quelles pratiques, quelles formes rituelles lui sont-elles associées ? En fonction des configurations culturelles, il s’agira de voir quels indices, quelles inférences permettent l’affirmation d’une vie ou d’un lieu prénatals et de comprendre quelles sortes d’effets une vie prénatale induit sur notre vie d’après la naissance. Il s’agira aussi de comprendre quelles sont les conditions de l’émergence d’une parole sur cet ailleurs ou/et cet avant.
Pour ce qui concerne la seconde acception de la vie prénatale, l’enquête cherchera à analyser les idées de procréation et de génération qui s’y trouvent impliquées. Il s’agira notamment d’interroger la manière dont les différentes embryologies envisagent l’individuation, ses implications cosmologiques, son inscription sociale. Il importe également d’identifier les règles éthiques et juridiques auxquelles doit se  conformer celui qui intervient dans cette zone qui suit la conception et précède la naissance. Parler d’une vie prénatale ne suppose pas seulement, pour celui qui vivra la vie que nous connaissons et que nous avons en partage, un statut d’avant la vie, mais que ce statut d’avant la vie soit lui aussi une vie : ce que nous devrons interroger dans toute la complexité des questions qui s’en trouvent posées. Ce colloque se propose d’examiner les représentations, les théories et les pratiques concernant la vie prénatale avec une approche interdisciplinaire (anthropologie, philosophie, philologie, histoire). A partir de matériaux à la fois ethnographiques et textuels, les participants s’intéresseront aussi bien à l’embryologie et à la vie gestationnelle qu’aux idées concernant une existence ou des existences antérieures à la conception.

Jeudi 5 juin
Salles 638-640 Bâtiment Le France
190 Av. de France 75013 Paris

14h00-14h15
Dominique Jaillard (Université de Genève)
Introduction

14h15-15h00
Francis Zimmermann (EHESS)
Les interrogations sur la vie prénatale et la naissance de la philosophie dans l’Inde

15h00-15h15 Pause café

15h15-16h00
Frédérique Ildefonse (CNRS)
La vie avant la vie

16h00-16h45
Stéphan Dugast (IRD)
Destin et vie prénatale chez les Bassar du Togo

Vendredi 6 juin
Amphithéâtre F. Furet
105 Bd Raspail 75006 Paris

10h00-10h45
Luc Brisson (CNRS)
Quand l’embryon devient-il un être humain ?

10h45-11h30
Catherine Despeux (INALCO)
Façonnage du destin et vie prénatale dans la Chine ancienne

11h30-11h45 Pause café

11h45-12h30
Silvia D’Intino (CNRS)
Trois naissances divines : Agni, Indra, Yama

14h00-14h45
Noémie Merleau-Ponty (EHESS)
Humain, de l’embryon à l’être. Vies prénatales dans  et autour d’un laboratoire d’assistance médicale à la procréation français

14h45-15h30
Christèle Barois (EPHE)
« Cette âme tombée dans un corps étranger… » : notes sur le
Bhāgavatapurāṇa III 31

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30
Enric Porqueres i Gené (EHESS)
Subjectivité prénatale et oubli : une approche comparative

vieprenatale

Prochaine séance du séminaire : Stéphanie Homola (post-doctorante à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) : « Rituels de manipulation du destin dans le monde chinois contemporain »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » aura lieu lundi 2 juin 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Stéphanie Homola (post-doctorante à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) présentera un exposé intitulé:

« Rituels de manipulation du destin dans le monde chinois contemporain ».

Prochaine séance du séminaire : Vincent Eltschinger (Institute for the Cultural and Intellectual History of Asia, Austrian Academy of Sciences) : « Causalité et destin humain dans les sources bouddhiques »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 5 mai 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vincent Eltschinger (Institute for the Cultural and Intellectual History of Asia, Austrian Academy of Sciences) présentera un exposé intitulé:

« Causalité et destin humain dans les sources bouddhiques »

Prochaine séance du séminaire : Maurizio Bettini (Université de Sienne) : Rome ou le destin-parole.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 31 mars 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Maurizio Bettini (Université de Sienne) présentera un exposé intitulé : Rome ou le destin-parole.

Prochaine séance du séminaire : Marcello Carastro (EHESS), Filer, tisser, nouer. Figures du destin en Grèce ancienne

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 3 mars 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Marcello Carastro (EHESS) présentera un exposé intitulé : Filer, tisser, nouer. Figures du destin en Grèce ancienne

Prochaine séance du séminaire : Frédérique Ildefonse (CNRS) Le mythe d’Er

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 3 février 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Frédérique Ildefonse (CNRS) y présentera un exposé sur Le mythe d’Er

 

Vous y êtes cordialement invité(e)s

Séminaire 2013-2014 : Calendrier des séances

– Lundi 2 décembre 2013 : Dominique Jaillard (Université de Lausanne), Du partage au panthéon. Les liens de Moira

– Lundi 3 février 2014 : Frédérique Ildefonse (CNRS), Le mythe d’Er

– Lundi 3 mars 2014 : Marcello Carastro (EHESS)

– Lundi 31 mars 2014 : Maurizio Bettini (Université de Sienne)

– Lundi 5 mai 2014: Vincent Eltschinger (Université de Vienne)

– Lundi 2 juin 2014: Stéphanie Homola (EHESS)

Caterina Guenzi (EHESS): « Naître créancier. La notion de bhāgya dans la lecture des horoscopes à Bénarès » (13 mai 2013)

En tant que théorie établie dans la littérature sanskrite, l’astrologie contraste avec deux autres doctrines de la destinée humaine bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (sk. karman), qui postule un rapport de causalité entre la qualité morale des actes accomplis et les conditions de (re)naissance, et la théologie de la dette (sk. ṛṇa), selon laquelle la vie est un processus d’acquittement des dettes que l’homme contracte, à la naissance, à l’égard des sages, des dieux et des ancêtres. Tout comme ces théories, l’astrologie est reconnue comme orthodoxe dans le cadre de la pensée brahmanique et contribue à l’exercice de la prêtrise. Pourtant, la théorie du destin décrite dans la théorie de l’horoscope est, non seulement alternative, mais, à plusieurs égards, antagoniste par rapport à ces deux doctrines dominantes. En examinant le champ sémantique et les usages de la notion de bhāgya au cours des consultations astrologiques à Bénarès, l’exposé présentait les multiples facettes d’une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse » ou le « patrimoine » attribués à la naissance. Cette acception économique de la notion de bhāgya a été examinée à la lumière des transformations sociétales qui ont suivi les reformes de libéralisation de l’Inde au début des années ’90.

Stéphan Dugast (IRD) : « Destin et choix prénatal dans l’aire culturelle voltaïque (Afrique de l’ouest) »

Présentation de la séance du 18 mars 2013 :

En Afrique de l’Ouest, chez les populations de l’aire culturelle voltaïque, l’essentiel des conceptions de la destinée repose sur la notion de choix prénatal : avant sa venue au monde, chaque personne est invitée à formuler, devant son créateur (qui prend dans la plupart des cas les traits du soleil), un choix quant à certaines caractéristiques de ce que sera sa vie terrestre. Ces caractéristiques sont prédéfinies quant à leur nature (parmi d’autres : le type d’aptitude détenu, le nombre d’enfants, ou encore la date de la mort) mais ouvertes quant aux options que chacune présente. Selon les sociétés considérées, ce type de choix est plus ou moins irrévocable, certains rites très particuliers permettant parfois d’en corriger la teneur.

Tel est, dans ses grandes lignes, le schéma le plus fréquemment rencontré. Cependant, dans une partie de l’aire culturelle considérée (la partie centrée autour du Nord-Togo), on observe en réalité deux modèles assez distincts : l’un, centré autour de la figure du soleil comme instance créatrice de chaque personne, correspond au schéma résumé ci-dessus ; l’autre, avec au premier plan la figure d’un conjoint prénatal de nature aquatique, attribue une grande part du destin de chacun aux péripéties de la vie sentimentale partagée avec ce premier conjoint.

Les Bassar du Togo présentent la particularité d’avoir combiné ces deux modèles dans un ensemble intégré qui articule étroitement ces deux volets, avec non seulement une présentation unifiée de la vie prénatale en différentes séquences, mais aussi des pratiques rituelles, elles aussi mutuellement intelligibles, qui répondent aux exigences variées nées de cette coexistence.

Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Chaï-Rénénet-Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Egypte du Nouvel Empire

Présentation de la séance du 15 avril 2013 :

Dans l’Égypte du Nouvel Empire (2e moitié du IIe millénaire av. n. è.), l’idée de destin correspond à une triade de divinités : Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine). Ces trois puissances ont à voir avec les deux limites de l’existence humaine, que sont la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, il apparaît effectivement que le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès, et de ses modalités, et que ceux-ci sont fixés au moment même de la mise au monde. Le conte néo-égyptien du Prince prédestiné met par exemple en scène un prince promis dès sa naissance à trois morts violentes. Le Calendrier des Jours fastes et néfastes indique par ailleurs, entre autres précisions, que certains jours de l’année sont plus favorables que d’autres aux nouveaux-nés : selon le jour de leur naissance, ils peuvent être promis à une mort au terme d’une vieillesse vénérable, ou au contraire à une mort prématurée et violente. Preuve que ces conceptions avaient des implications concrètes dans le quotidien est donnée par une lettre provenant probablement de la région thébaine : l’ostracon Letellier. Le père de deux enfants morts prématurément y demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante », afin qu’elle détermine si ces décès sont conformes aux destins Chaï/Rénénét des enfants, ou si, au contraire, ils sont imputables à l’action d’un dieu. Ce dernier cas constituerait un danger potentiel à traiter pour les parents survivants, contrairement semble-t-il à la réalisation d’un destin assigné. La mise en parallèle de cette lettre avec des compositions funéraires montrant Chaï, Rénénet et Meskhénet assistant au jugement posthume à côté du mort, paraît en effet indiquer que ces trois entités sont constitutives de la personnalité d’un individu.

Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Le destin, textes, mots, questions »

Présentation de la séance du 10 décembre 2012 :

À la lecture des grands mythes mésopotamiens, on croit comprendre qu’il existe un déterminisme du mouvement général du cosmos et qui concerne aussi tous les étants qui l’habitent. Ainsi, le destin de l’homme est-il fixé dès avant sa conception : il sera un être mortel au service des dieux. Selon le poème d’Atra-hasis, le dieu immolé lors de la création de l’homme sait mettre en œuvre les ordres divins, mais il sait aussi pousser ses congénères à la révolte. L’homme est donc potentiellement un être subversif. Cela préjuge des limites que peut connaître le déterminisme. Dans la Glorification de Marduk, le choix du dieu à sacrifier se porte sur le général de l’armée hostile au cosmos ; il est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine et son sacrifice est présenté comme le châtiment qui lui est infligé, l’assemblée s’érigeant en cour de justice. Le destin de l’homme a donc partie liée avec la justice et la vérité ; toute sa vie durant, il sera redevable de la justice. On peut donc dire, avec Walter Benjamin, que « le destin est l’ensemble des relations qui du vivant font un coupable ».

Partant, une source divinatoire du 17e siècle met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes : « Si le doigt médian du poumon est renversé et pointe vers la trachée-artère – (a) le fleuve sera obstrué (et) les eaux tariront ; (b) le territoire, ses dieux l’abandonneront ; (c) le pays ira à la désolation ou bien le règne changera. » Le devin sait le présage en rapport avec l’oracle (a), évocateur d’une stratégie militaire bien connue ; l’oracle (b) évoque l’attitude des dieux, il énonce la véritable cause des événements annoncés ; l’oracle (c), enfin, expose, sous la forme d’une double alternative, le pays ira à sa perte ou le roi changera, la solution au problème : il appartient aux intéressés de trancher. On dira que « la liberté est en quelque sorte l’instrument par lequel la contrainte s’exerce » (A. Lentacker).

 

 

 

Aurélie Névot (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine)»

Présentation de la séance du 17 juin 2013 :

Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant).

« Le chapitre concernant la période de la naissance et la période de la jeunesse » – issu de manuscrits écrits par bimo Zhao (†2003) – est le premier texte funéraire psalmodié à l’adresse d’un mort de sexe masculin. L’étude des 122 vers qui le composent révèle que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre (et donc en voie de divinisation). Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint en effet au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Devenir ancêtre suppose d’être un « bon mort », ce qui suppose d’avoir été un « bon vivant », intégré à la communauté et au cosmos, et ce, dès la vie intra-utérine. En psalmodiant son manuscrit, le bimo fait ainsi traverser au mort toutes les phases de socialisation du moment de sa conception à celui de son mariage. En lui faisant jouer une autre partition de vie, il l’inscrit idéalement dans sa lignée dont la perpétuation est dès lors assurée. Et c’est l’image d’un cours d’eau qui sert de support métaphorique, dans le texte rituel, à l’idée de vie qui suit son chemin.

Le déterminisme ancestral est ici prépondérant sur le destin, en ce sens que des bonnes relations entre morts et vivants dépend le devenir de chacun. Destin individuel et destin lignager sont inter-reliés. Et en fixant post-mortem un destin pour fixer un destin post-mortem, le bimo a une fonction essentielle dans la mise en adéquation de ces différents destins.

Prochaine séance du séminaire : Aurélie NEVOT (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la dernière séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 17 juin 2013, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 640, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Aurélie NEVOT (CNRS) présentera un exposé intitulé : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) »

Vous êtes toutes et tous cordialement invité(e)s,

Marcello Carastro, Silvia d’Intino, Caterina Guenzi, Frédérique
Ildefonse