Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Le destin, textes, mots, questions »

Présentation de la séance du 10 décembre 2012 :

À la lecture des grands mythes mésopotamiens, on croit comprendre qu’il existe un déterminisme du mouvement général du cosmos et qui concerne aussi tous les étants qui l’habitent. Ainsi, le destin de l’homme est-il fixé dès avant sa conception : il sera un être mortel au service des dieux. Selon le poème d’Atra-hasis, le dieu immolé lors de la création de l’homme sait mettre en œuvre les ordres divins, mais il sait aussi pousser ses congénères à la révolte. L’homme est donc potentiellement un être subversif. Cela préjuge des limites que peut connaître le déterminisme. Dans la Glorification de Marduk, le choix du dieu à sacrifier se porte sur le général de l’armée hostile au cosmos ; il est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine et son sacrifice est présenté comme le châtiment qui lui est infligé, l’assemblée s’érigeant en cour de justice. Le destin de l’homme a donc partie liée avec la justice et la vérité ; toute sa vie durant, il sera redevable de la justice. On peut donc dire, avec Walter Benjamin, que « le destin est l’ensemble des relations qui du vivant font un coupable ».

Partant, une source divinatoire du 17e siècle met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes : « Si le doigt médian du poumon est renversé et pointe vers la trachée-artère – (a) le fleuve sera obstrué (et) les eaux tariront ; (b) le territoire, ses dieux l’abandonneront ; (c) le pays ira à la désolation ou bien le règne changera. » Le devin sait le présage en rapport avec l’oracle (a), évocateur d’une stratégie militaire bien connue ; l’oracle (b) évoque l’attitude des dieux, il énonce la véritable cause des événements annoncés ; l’oracle (c), enfin, expose, sous la forme d’une double alternative, le pays ira à sa perte ou le roi changera, la solution au problème : il appartient aux intéressés de trancher. On dira que « la liberté est en quelque sorte l’instrument par lequel la contrainte s’exerce » (A. Lentacker).

 

 

 

Aurélie Névot (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine)»

Présentation de la séance du 17 juin 2013 :

Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant).

« Le chapitre concernant la période de la naissance et la période de la jeunesse » – issu de manuscrits écrits par bimo Zhao (†2003) – est le premier texte funéraire psalmodié à l’adresse d’un mort de sexe masculin. L’étude des 122 vers qui le composent révèle que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre (et donc en voie de divinisation). Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint en effet au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Devenir ancêtre suppose d’être un « bon mort », ce qui suppose d’avoir été un « bon vivant », intégré à la communauté et au cosmos, et ce, dès la vie intra-utérine. En psalmodiant son manuscrit, le bimo fait ainsi traverser au mort toutes les phases de socialisation du moment de sa conception à celui de son mariage. En lui faisant jouer une autre partition de vie, il l’inscrit idéalement dans sa lignée dont la perpétuation est dès lors assurée. Et c’est l’image d’un cours d’eau qui sert de support métaphorique, dans le texte rituel, à l’idée de vie qui suit son chemin.

Le déterminisme ancestral est ici prépondérant sur le destin, en ce sens que des bonnes relations entre morts et vivants dépend le devenir de chacun. Destin individuel et destin lignager sont inter-reliés. Et en fixant post-mortem un destin pour fixer un destin post-mortem, le bimo a une fonction essentielle dans la mise en adéquation de ces différents destins.

Aurélie Névot présente Versets chamaniques

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le jeudi 27 juin, à 19h, Aurélie Névot présentera son dernier livre Versets chamaniques, au Comptoir des Presses (86, rue Claude Bernard, Paris 5e), dans le cadre de l’entretien sur Pouvoir, musique et chamanisme. La Chine des marges vue par deux ethnologues.

Présentation par le Comptoir des Presses:

Soirée autour des livres de Sabine Trebinjac, Le pouvoir en chantant. Tome II : Une affaire d’État… impériale et d’Aurélie Névot, Versets chamaniques. Le Livre du sacrifice à la terre (Textes rituels de Chine) édités par les Publications de la société d’ethnologie

Avec :

  • Anne de Sales, ethnologue, chercheure CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-LESC) et associée à l’institut d’anthropologie sociale et culturelle de l’université d’Oxford (ISCA).
  • Sabine Trebinjac, ethnologue, chercheure CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-LESC).
  • Aurélie Névot, ethnologue, chercheure CNRS (Centre d’Etudes Himalayennes).

Les livres présentés ce soir sont écrits par des ethnologues qui s’intéressent à la Chine — celle qui depuis les temps ancestraux, comme le montre Sabine Trebinjac, tisse des relations étroites entre musique et politique, et celle qui continue d’agir sur la terre et ses récoltes par les psalmodies de ses chamanes, comme l’illustre Aurélie Névot. Cette dernière parution inaugure la collection Ecritures à la société d’ethnologie de Nanterre. La découverte d’une Chine peu conventionnelle sera illustrée par des diapositives. La soirée sera coordonnée par Anne de Sales, spécialiste du chamanisme népalais et de ses transformations (Je suis né de vos jeux de tambours. La religion chamanique des Magar du nord, Nanterre, Société d’ethnologie, 1991).

Prochaine séance du séminaire : Aurélie NEVOT (CNRS) : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la dernière séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 17 juin 2013, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 640, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Aurélie NEVOT (CNRS) présentera un exposé intitulé : « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) »

Vous êtes toutes et tous cordialement invité(e)s,

Marcello Carastro, Silvia d’Intino, Caterina Guenzi, Frédérique
Ildefonse