Colloque international en l’honneur de Geoffrey E.R. Lloyd : « Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes ». Jeudi 6 et vendredi 7 juin 2013.

Le PRI « Pratiquer le comparatisme: terrains, textes, artefacts » organise un colloque international en l’honneur de Geoffrey E.R. Lloyd intitulé:

« Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes »

 EHESS (Bât. Le France – CEIAS, salles 638-640 – 190 avenue de France – 75013 PARIS)  le jeudi 6 et le vendredi 7 juin 2013.

Vous y êtes cordialement invité(e)s,
Marcello Carastro, Silvia d’Intino, Caterina Guenzi, Frédérique Ildefonse

 

Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes

Causes and Connections. On Divination and other Inquiries into Nature and Humans 

En philosophie on entend par cause, traditionnellement, la réponse à une question, celle du « Pourquoi ? ». Or, la causalité n’est qu’un cas particulier de la mise en relation, un type de connexion à côté d’autres. Ce colloque s’interroge sur la pluralité des connexions, c’est-à-dire sur ce qui distingue le lien de causalité de la simple association, de la correspondance ou de l’influence. La logique et la physique sont certes deux formes éminentes de la mise en relation entre causalité et discours, mais il en existe d’autres. Quels rapports des activités humaines fondamentales telles que la divination et les pratiques rituelles entretiennent-elles avec la causalité et d’autres types de connexion ? Y a-t-il nécessairement un soubassement cosmologique à la découverte des connexions, à l’exercice de la causalité ? Comment les différentes enquêtes sur la nature et les hommes mobilisent-elles, forgent-elles, configurent-elles une pluralité de connexions ? La pratique des connexions est indissociable d’une mise en discours, que ce soit sous la forme d’une explication, d’une prescription, d’un récit, d’une justification, voire d’une doctrine. Elle ne saurait être détachée des acteurs qui l’opèrent, des contextes de réalisation et des buts recherchés.

Dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts », ce colloque international réunit ethnologues, philologues et philosophes autour des travaux de Geoffrey Lloyd et de leur apport à la pratique du comparatisme. En prenant appui notamment sur son ouvrage Cognitive Variations (2007), nous souhaitons interroger le problème de la coexistence de causalités autour d’un même événement, en mettant en perspective des pratiques rituelles saisies en contexte divinatoire et des savoirs prédictifs constitués en corpus de connaissances.

 

Programme

Jeudi 6 juin :

14h Accueil des participants

14h 15 Marcello Carastro (EHESS) : Introduction au colloque

14h30 Geoffrey Lloyd (Needham Research Institute, Cambridge) – conférence inaugurale : « Where is the history of ancient science going, or where should it go? » 

15h15 Karine Chemla (SPHERE, CNRS/Paris 7, ERC grant SAW) : « Cause et abstraction dans une pratique mathématique de la Chine ancienne »
Discutant : Christian Jacob (EHESS-CNRS)

16h pause café

16h30 Francis Zimmermann (EHESS) : « Nidāna dans quelques textes sanskrits et l’occasionnalisme indien ».
Discutant : Claude Calame (EHESS)

17h15 Renaud Gagné (Pembroke College, Cambridge) : « Voir la colère des dieux : causes et temporalités divines chez Hérodote »
Discutant : Emanuele Coccia (EHESS)

 

Vendredi 7 juin, matin :

10h Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Les limites du destin en Mésopotamie, entre association et cause? »
Discutant : François Hartog (EHESS)

10h45 Frédérique Ildefonse (CNRS) : « Logique et divination dans le stoïcisme »
Discutant : Philippe Descola (Collège de France)

11h30 pause

12h Silvia d’Intino (CNRS) : « Du lien sémantique. La notion de bandhu dans l’étymologie védique »
Discutant : Leopoldo Iribarren  (FMSH-Labex RESMED)

 

Vendredi 7 juin, après-midi :

14h30 Stéphan Dugast (IRD) : « Regarder sur la terre pour la rendre belle. Présages et prédictions dans la divination bassar (Togo) »
Discutant : Jean-Claude Galey (EHESS)

15h15 Caterina Guenzi (EHESS) : « La part des autres. Étiologies astrologiques et relations de parenté à Bénarès »
Discutant : Marcello Carastro (EHESS)

16h pause café

16h30 Dominique Jaillard (Université de Lausanne) : « Les liens de la souillure : Oedipe, Loimos et la terre thébaine »
Discutante : Danouta Liberski-Bagnoud (CNRS, IEA Nantes)

17h15 Table ronde conclusive.

Veuillez cliquer ici pour afficher le programme au format pdf

A short presentation of the Conference

Journées d’étude « Arcs-en-ciel et couleurs. Regards comparatifs », Paris, 17 et 18 mai 2013

Dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme: terrains, textes, artefacts », se tiendront les journées d’étude « Arcs-en-ciel et couleurs. Regards comparatifs », à Paris, le vendredi 17 mai (Musée du Quai Branly) et le samedi 18 mai (INHA).

Après la parution du volume collectif L’Antiquité en couleurs : catégories, pratiques, représentations (Grenoble, Millon, 2009), issu de réflexions communes entamées depuis 2003, les membres de l’atelier Chromo ont souhaité reprendre l’étude des couleurs afin d’approfondir l’expérience comparatiste. Une piste d’analyse suggérée par plusieurs des contributions méritait d’être explorée : les jeux d’opposition entre coloré et incolore, polychrome et monochrome, avec toute la gamme des gradations intermédiaires qui les accompagnent : peu coloré/très coloré, terne/chatoyant, mat/lumineux,  foncé/clair. De telles polarités sont mobilisées en connexion avec d’autres types d’opposition : création/chaos, animation/absence de vie, pureté/dévoiement, simplicité/excès,
vérité/mensonge, etc.
Cette piste invite à appréhender la question des couleurs de manière dynamique, à travers les processus de différenciation des couleurs, de diffraction, mais aussi d’altération, de réduction et de disparition de la couleur. Pour ouvrir l’enquête, nous avons choisi de partir d’un objet qui permet de croiser la question de l’incolore, du coloré, du polychrome et du monochrome, tout en prenant en compte la temporalité des effets chromatiques : l’arc-
en-ciel. Si plusieurs études ont été consacrées à l’histoire de sa perception par les hommes, aucune n’a abordé le sujet dans une perspective comparatiste.
L’arc-en-ciel sera donc pour nous un moyen d’interroger les couleurs de façon dynamique,  dans leur dimension temporelle (apparition/disparition ; éphémère/permanent) et cosmogonique (manifestation d’une puissance « surnaturelle », relation avec un
« autre » monde, lien avec la genèse de l’univers). La réflexion pourra éventuellement s’ouvrir sur les phénomènes d’ « irisation » et d’« iridescence » qui se trouvent associés à des matières (fleurs, plumes, écailles, mosaïque,…), à des animaux (serpent, caméléon, colibri), etc. – autant de réalités concrètes susceptibles de produire des phénomènes chromatiques impalpables, fugaces, mais hautement évocateurs, ainsi que l’illustrent, entre autres, les mythes amérindiens étudiés par Lévi-Strauss sur le serpent/arc-en-ciel primordial associé à la
genèse des couleurs.

Contacts :
Adeline Grand-Clément
adelinegc « at » yahoo « point » fr
Manon Brouillet
manon.brouillet « at » ehess « point » fr
Marcello Carastro
marcello.carastro « at » ehess « point » fr

(Pour voir le programme en détail, cliquez sur l’image)

prog arce-en-ciel1 prog arce-en-ciel2

Pratiquer le comparatisme

Le PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »
Le Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » a été créé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris en 2012 par Marcello Carastro (EHESS), Caterina Guenzi (EHESS) et Frédérique Ildefonse (CNRS). Depuis plusieurs années, les membres de ce PRI (ethnologues, philologues et philosophes) pratiquent en anthropologie un comparatisme contrastif et expérimental qui se construit dans un dialogue de longue durée et qui, soucieux de restituer les catégories de pensée propres à chaque ensemble culturel, ne constitue pas des systèmes fermés sur eux-mêmes, mais, au contraire, crée les conditions pour élaborer l’objet de la comparaison au fil des échanges. Pratiqué par des spécialistes des mondes anciens et des mondes contemporains, ce comparatisme critique n’exclut rien qui serait prétendument impropre à la comparaison. Il ne présume aucune hiérarchie entre des aires culturelles, pas plus qu’il n’assure un statut d’exception aux cultures de l’Antiquité. La rigueur et la minutie de l’analyse, la pratique de la micro-analyse, tout d’abord, peuvent rassembler des démarches apparemment aussi éloignées que celles qui s’attachent à des textes anciens ou des artefacts et celles qui s’inscrivent dans un travail de terrain.