Tous les articles par Cléo Carastro

Prochaine séance du séminaire: Silvia d’Intino (CNRS) « La dernière vie »

Pour la première séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » de l’année 2015-2016, dans le cadre du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » de l’EHESS, nous aurons le plaisir d’écouter :

Silvia d’Intino (CNRS), « La dernière vie« .

Répondante: Frédérique Ildefonse (CNRS)

Le lundi 7 décembre 2015, de 11h à 13h, à l’EHESS, salle 640

(Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vous y êtes cordialement invité(e)s,
Cléo Carastro, Caterina Guenzi, Silvia d’Intino, Frédérique Ildefonse

Atelier « Comparatismes: questions de méthode »

 

Atelier « Comparatismes : questions de méthode »

 Lundi 10 février 2014, 10h-16h

10h : Frédérique Ildefonse (CNRS), Introduction
10h30 : Bruno Karsenti (EHESS), Le totémisme et sa trace. Une lecture comparative de Totem et tabou
11h20 : Pause café
11h40 : Wei Zhang (Université Fudan, Shanghai), Comparing the construction of « poetic knowledge »
12h30 : Déjeuner
14h : Renaud Gagné (Université de Cambridge), Comparer le symposium
14h30 : Marcello Carastro (EHESS), Pratiquer le comparatisme : traditions et infléchissements
15h-16h : Discussion finale avec Claire-Akiko Brisset (Université Paris VII), Dominique Jaillard (Université de Genève), Bernard Mezzadri (Université d’Avignon), Claude Calame (EHESS)

 

EHESS, salle 638, bâtiment le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

 

Activités du PRI 2013-2014

 

Séminaire

Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien

1er lundi du mois de 11 h à 13 h (salle 662, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 2 décembre 2013 au 2 juin 2014

 

Autour d’un livre 

3 février,  14h-15h30 : Discussion autour du livre édité par C. Calame et B. Lincoln, Comparer en histoire des religions antiques : controverses et propositions, Liège, Presse universitaires de Liège, 2012

EHESS, salle 662, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

 

Journée d’études

10 février 2014, 10h-16h : Comparatismes: questions de méthode

salle 638, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

 

Colloque international

5-6 juin 2014 :  La vie prénatale. Inde, Grèce, Afrique

Causes and connections

The international conference « Causes and Connections. Divination and Other Enquiries into Nature and Humans », in honour of the renowned historian of science Geoffrey E. R. Lloyd, was held in Paris at the CEIAS on June 6th-7th. It was the first meeting organized by the PRI (Interdisciplinary Research Program) “Comparatism in practice: fieldwork, texts, artefacts”. Participants from different disciplines — philosophy, philology, social anthropology — were invited to discuss ways of making connections between events, things and persons in different knowledge systems. By drawing on materials such as Chinese mathematics, Indian scholarly traditions (etymology, medicine, astrology), Mesopotamian and African divinatory practices, as well as Greek historiography, mythology and Stoicism, the conference dealt with the distinction between categories of causality, association, correspondence and influence. Among the issues raised during the conference, one was the role of writing as a mean of transforming divinatory practices into historical narratives, both on the level of the individual (biography) and the society (historiography); another one, was the co-existence of different languages of causality for explaining a single event.

The final discussion focused on methodological issues. What does “comparatism” means? Where does it start and where does it end? How is this approach evolving through decades? How to make comparatist approach heuristically fruitful? These questions are at the heart of the research project “Pratiquer le comparatisme” that puts together philologists, philosophers and anthropologists in a long-term, intensive collaboration where ethnographic material, textual sources and artefacts are not seen as incommensurable sources, but as different ways of bringing light on some common conceptual issues. Among these issues, during the academic year 2012-13 the PRI project focused on “destiny” and the related notions of “share”, “allotment”, “bond”, that are used to characterise human fate in different social and historical settings.  The comparatist cluster takes inspiration from the research group constituted around Jean-Pierre Vernant, Marcel Detienne, Michel Cartry, Charles Malamoud, Jean-Louis Durand and others, whose books — such as Problèmes de la guerre (1968), Divination et rationalité (1974), Corps des dieux (1986), Tracés de fondation (1990), Destins de meurtriers (1996), Architecturer l’invisible. Autels, ligatures, écritures (2010) — stand as a milestone. Within this theoretical frame, instead of building universal theories based on a collection of studies about a general theme, the PRI comparatist approach aims at shaping its own objects after examining different materials. It gives by no means the classics a special status nor constructs a hierarchy between cultural areas. A rigorous and detailed analysis developed by each specialist is then the first step of an interdisciplinary dialogue that sheds new light on each field in order to raise new questions, and bring out the features of each configuration of thought.

Compte rendu du séminaire 2012-2013

Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien 

 

Coordination : Marcello Carastro (Ehess), Silvia D’Intino (Cnrs),

Caterina Guenzi (Ehess), Frédérique Ildefonse (Cnrs)

Dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : Terrains, textes, artefacts », ce séminaire interroge la notion de destin à travers les regards croisés de spécialistes des mondes anciens et d’ethnologues. La séance introductive s’est intéressée au lexique, à partir d’un tour de table réunissant africanistes, hellénistes, sinologues, assyriologues, égyptologues et indianistes. Les contributions ont examiné les noms utilisés pour désigner et invoquer le destin, ainsi que les expressions avec lesquelles on décrit son action.

La présentation de Jean-Jacques Glassner (CNRS), « Des mots, des textes, des questions: introduction à la Mésopotamie », a interrogé les limites du déterminisme cosmique qui anime les grands mythes mésopotamiens et selon lequel le destin de l’homme, être mortel au service des dieux, est fixé dès avant sa conception. Certains poèmes montrent que l’homme est également un être potentiellement subversif, qui sait pousser ses congénères à la révolte. Dans la Glorification de Marduk, le dieu à sacrifier est dénoncé comme « coupable » par ses pairs au sein de l’assemblée divine, le destin de l’homme ayant donc partie liée avec la justice et la vérité. L’exposé a également examiné une source divinatoire du 17e siècle avant notre ère qui met en balance le déterminisme par le destin et la liberté d’action dont jouissent les hommes.

Dans son intervention « Destin et divination dans la Chine ancienne et dans le monde latin: Wang Chong (27-97) et Cicéron (106-43) », Marc Kalinowski (EPHE) a présenté une typologie des arts mantiques à partir du recueil de traités de la Balance des discours, en montrant les différents degrés de légitimité associés à chacun : physiognomonie, interprétation des calamités naturelles et des prodiges, divination par la tortue et l’achillée, hémérologie et magie. Il a développé ensuite une comparaison entre Wang Chong et Cicéron sur les questions du déterminisme destinal, de la providence, du rapport entre divination et destin.

L’exposé de Stéphan Dugast (IRD), « Destin et choix prénatal dans l’aire culturelle voltaïque (Afrique de l’ouest) » a porté sur la notion de choix prénatal : avant sa venue au monde, chaque personne est invitée à formuler, devant son créateur (qui prend dans la plupart des cas les traits du soleil), un choix quant à certaines caractéristiques de sa vie terrestre. Dans le Nord-Togo, on observe deux modèles assez distincts : l’un, centré autour de la figure du soleil comme instance créatrice de chaque personne ; l’autre, qui attribue une grande part du destin aux péripéties de la vie sentimentale partagée avec un conjoint prénatal de nature aquatique. L’exposé a montré comment ces deux modèles sont étroitement articulés chez les Bassar.

Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), dans son intervention « Chaï-Rénénet/Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Égypte du Nouvel Empire », a présenté les trois puissances Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine), ainsi que leur relation aux deux moments de la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, en effet, le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès et ses modalités, cela étant fixé au moment même de la mise au monde. S. Donnat s’est intéressée aux implications concrètes de ces conceptions à travers une analyse de l’ostracon Letellier, une lettre où le père de deux enfants morts prématurément demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante ».

Nous avons ensuite écouté Caterina Guenzi dont l’exposé « Naître renonçant. La notion de bhāgya dans les consultations astrologiques à Bénarès » examinait une représentation du destin qui contraste avec deux doctrines bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (skt. karman) et la théologie de la dette (skt. ṛṇa). La notion de bhāgya, cruciale dans la lecture de l’horoscope, véhicule une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse », le « patrimoine » qui seraient attribués à la naissance. Cette acception économique du bhāgya, tout en étant ancienne, est adaptée aux besoins des classes moyennes et hautes de milieu urbain dans l’Inde contemporaine.

Dans la séance de clôture, Aurélie Névot a présenté un dossier intitulé « Fixer un destin post-mortem : analyse d’un texte funéraire yi (Chine) ». Les rituels accomplis par les bimo – chamanes du Yunnan qui maîtrisent une écriture rituelle et secrète –, portent essentiellement sur le destin qu’il s’agit soit de contrecarrer (notamment par le biais d’exorcismes), soit de fixer (les rites funéraires ont alors un rôle prépondérant). L’exégèse d’un texte funéraire a permis de voir que le destin dépend essentiellement du lien que l’on établit avec ses ancêtres et le cosmos, et de la façon dont on traite rituellement un mort qui se doit de revivre une vie exemplaire à l’aune de sa transformation en ancêtre. Par la force substantielle des écrits qu’il psalmodie, le chamane enjoint au défunt d’avoir un destin précis, de vivre une vie qu’il n’a pas vécue, et qui est en ce sens rituellement exemplaire.

Le séminaire a été également le lieu d’élaboration du colloque international « Liens de causalité. Divination et autres enquêtes sur la nature et les hommes », en l’honneur de Geoffrey E. R. Lloyd, qui a eu lieu à l’Ehess, dans le cadre du PRI, les 6 et 7 juin 2013.

Caterina Guenzi (EHESS): « Naître créancier. La notion de bhāgya dans la lecture des horoscopes à Bénarès » (13 mai 2013)

En tant que théorie établie dans la littérature sanskrite, l’astrologie contraste avec deux autres doctrines de la destinée humaine bien connues dans le domaine des études indiennes : la théorie du karma (sk. karman), qui postule un rapport de causalité entre la qualité morale des actes accomplis et les conditions de (re)naissance, et la théologie de la dette (sk. ṛṇa), selon laquelle la vie est un processus d’acquittement des dettes que l’homme contracte, à la naissance, à l’égard des sages, des dieux et des ancêtres. Tout comme ces théories, l’astrologie est reconnue comme orthodoxe dans le cadre de la pensée brahmanique et contribue à l’exercice de la prêtrise. Pourtant, la théorie du destin décrite dans la théorie de l’horoscope est, non seulement alternative, mais, à plusieurs égards, antagoniste par rapport à ces deux doctrines dominantes. En examinant le champ sémantique et les usages de la notion de bhāgya au cours des consultations astrologiques à Bénarès, l’exposé présentait les multiples facettes d’une idée de destin dénuée de toute connotation morale et désignant plutôt la « fortune », la « richesse » ou le « patrimoine » attribués à la naissance. Cette acception économique de la notion de bhāgya a été examinée à la lumière des transformations sociétales qui ont suivi les reformes de libéralisation de l’Inde au début des années ’90.

Stéphan Dugast (IRD) : « Destin et choix prénatal dans l’aire culturelle voltaïque (Afrique de l’ouest) »

Présentation de la séance du 18 mars 2013 :

En Afrique de l’Ouest, chez les populations de l’aire culturelle voltaïque, l’essentiel des conceptions de la destinée repose sur la notion de choix prénatal : avant sa venue au monde, chaque personne est invitée à formuler, devant son créateur (qui prend dans la plupart des cas les traits du soleil), un choix quant à certaines caractéristiques de ce que sera sa vie terrestre. Ces caractéristiques sont prédéfinies quant à leur nature (parmi d’autres : le type d’aptitude détenu, le nombre d’enfants, ou encore la date de la mort) mais ouvertes quant aux options que chacune présente. Selon les sociétés considérées, ce type de choix est plus ou moins irrévocable, certains rites très particuliers permettant parfois d’en corriger la teneur.

Tel est, dans ses grandes lignes, le schéma le plus fréquemment rencontré. Cependant, dans une partie de l’aire culturelle considérée (la partie centrée autour du Nord-Togo), on observe en réalité deux modèles assez distincts : l’un, centré autour de la figure du soleil comme instance créatrice de chaque personne, correspond au schéma résumé ci-dessus ; l’autre, avec au premier plan la figure d’un conjoint prénatal de nature aquatique, attribue une grande part du destin de chacun aux péripéties de la vie sentimentale partagée avec ce premier conjoint.

Les Bassar du Togo présentent la particularité d’avoir combiné ces deux modèles dans un ensemble intégré qui articule étroitement ces deux volets, avec non seulement une présentation unifiée de la vie prénatale en différentes séquences, mais aussi des pratiques rituelles, elles aussi mutuellement intelligibles, qui répondent aux exigences variées nées de cette coexistence.

Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Chaï-Rénénet-Meskhénet. Triade personnelle du destin, naissance et mort dans l’Egypte du Nouvel Empire

Présentation de la séance du 15 avril 2013 :

Dans l’Égypte du Nouvel Empire (2e moitié du IIe millénaire av. n. è.), l’idée de destin correspond à une triade de divinités : Meskhénet (personnification de la brique de naissance), Rénénet (Celle-qui-élève/nourrit), et Chaï (Celui-qui-détermine). Ces trois puissances ont à voir avec les deux limites de l’existence humaine, que sont la naissance et la mort. Dans les sources littéraires égyptiennes, il apparaît effectivement que le destin (chaï) d’un individu concerne essentiellement la détermination du moment de son décès, et de ses modalités, et que ceux-ci sont fixés au moment même de la mise au monde. Le conte néo-égyptien du Prince prédestiné met par exemple en scène un prince promis dès sa naissance à trois morts violentes. Le Calendrier des Jours fastes et néfastes indique par ailleurs, entre autres précisions, que certains jours de l’année sont plus favorables que d’autres aux nouveaux-nés : selon le jour de leur naissance, ils peuvent être promis à une mort au terme d’une vieillesse vénérable, ou au contraire à une mort prématurée et violente. Preuve que ces conceptions avaient des implications concrètes dans le quotidien est donnée par une lettre provenant probablement de la région thébaine : l’ostracon Letellier. Le père de deux enfants morts prématurément y demande que soit consultée une spécialiste du village nommée « la Savante », afin qu’elle détermine si ces décès sont conformes aux destins Chaï/Rénénét des enfants, ou si, au contraire, ils sont imputables à l’action d’un dieu. Ce dernier cas constituerait un danger potentiel à traiter pour les parents survivants, contrairement semble-t-il à la réalisation d’un destin assigné. La mise en parallèle de cette lettre avec des compositions funéraires montrant Chaï, Rénénet et Meskhénet assistant au jugement posthume à côté du mort, paraît en effet indiquer que ces trois entités sont constitutives de la personnalité d’un individu.

Pratiquer le comparatisme

Le PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »
Le Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts » a été créé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris en 2012 par Marcello Carastro (EHESS), Caterina Guenzi (EHESS) et Frédérique Ildefonse (CNRS). Depuis plusieurs années, les membres de ce PRI (ethnologues, philologues et philosophes) pratiquent en anthropologie un comparatisme contrastif et expérimental qui se construit dans un dialogue de longue durée et qui, soucieux de restituer les catégories de pensée propres à chaque ensemble culturel, ne constitue pas des systèmes fermés sur eux-mêmes, mais, au contraire, crée les conditions pour élaborer l’objet de la comparaison au fil des échanges. Pratiqué par des spécialistes des mondes anciens et des mondes contemporains, ce comparatisme critique n’exclut rien qui serait prétendument impropre à la comparaison. Il ne présume aucune hiérarchie entre des aires culturelles, pas plus qu’il n’assure un statut d’exception aux cultures de l’Antiquité. La rigueur et la minutie de l’analyse, la pratique de la micro-analyse, tout d’abord, peuvent rassembler des démarches apparemment aussi éloignées que celles qui s’attachent à des textes anciens ou des artefacts et celles qui s’inscrivent dans un travail de terrain.