Tous les articles par Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

Séminaire de Claire-Akiko Brisset : « L’image miraculeuse d’Udayana : propositions pour un travail comparatiste »

« L’image miraculeuse d’Udayana : propositions pour un travail comparatiste »
Le séminaire 2014-2015 sera consacré au corpus des récits de miracles accomplis par des représentations divines : statues, peintures, stūpa, voire sūtra bouddhiques – tous mediums (au sens de Belting) faisant l’objet de rites de consécration. Dans le domaine japonais, ils sont notamment compilés dans les recueils catéchétiques d’anecdotes édifiantes (setsuwa-shû) entre le IXe siècle et le XIIIe siècle de l’ère chrétienne. L’histoire de la première représentation du Buddha retiendra en particulier l’attention en ce sens que toutes les figures postérieures sont dites procéder de cette représentation originelle et miraculeuse. La prise en compte de ce récit fondateur permettra de contribuer à une meilleure compréhension de la nature agissante des figures supra-mondaines dans le bouddhisme.

2e jeudi du mois de 14 h à 16 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 8 janvier 2015 au 11 juin 2015. La séance du 12 février se déroulera en salle 1 (bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris). Séance supplémentaire le 21 mai (de 15 h à 17 h, salle 3, même adresse)

Sylvie Donnat, Écrire à ses morts. Enquête sur un usage rituel de l’écrit dans l’Égypte pharaonique

Dans le cadre du séminaire Destin, lundi 5 janvier 2015, Sylvie Donnat (Université de Strasbourg) présentera son dernier ouvrage Écrire à ses morts. Enquête sur un usage rituel de l’écrit dans l’Égypte pharaonique (Jérôme Millon, 2014).

La discussion sera animée par Marcello Carastro (EHESS), Jean-Jacques Glassner (CNRS) et Dominique Jaillard (Université de Genève)

Dans l’Égypte pharaonique, les vivants entretenaient des relations avec les défunts de leur communauté domestique, notamment à l’occasion de fêtes et de célébrations rituelles spécifiques. Dans ce cadre, le mode de communication privilégié avec l’ancêtre était celui de la parole, du discours oral. L’écriture était toutefois aussi occasionnellement utilisée comme médium de communication. C’est ce qu’atteste en particulier le corpus des « lettres aux morts » – requêtes formulées sous format épistolaire et tracées en écriture cursive («hiératique») sur divers supports (vaisselle en terre cuite et papyrus essentiellement) –, attesté de la fin du IIIe millénaire au Ier millénaire avant notre ère.
À travers l’étude de ce dossier, révélateur des mécanismes relationnels reliant les survivants à leurs morts, cet ouvrage propose une enquête sur un usage de l’écrit dans la procédure rituelle de l’Égypte ancienne. L’importance de l’écrit dans le domaine religieux pharaonique est bien connu, mais c’est sur l’écriture monumentale hiéroglyphique, dont la « fonction de sacralisation» a particulièrement été bien mise en évidence par Pascal Vernus, que l’essentiel de la réflexion a jusqu’ici porté. Ce livre cherche donc à engager une réflexion sur l’utilisation rituelle d’une technique d’écriture d’abord réservée à une pratique quotidienne de l’écrit (documents administratifs, lettres, archivage…), et aborde la question de l’efficacité de la parole écrite par rapport à la parole énoncée en contexte rituel, ainsi que la question de l’efficacité du texte tracé en écriture cursive par rapport au texte hiéroglyphique en contexte votif.
(Ouvrage publié avec le concours de l’Université de Strasbourg)

Couv.Ecrire-libre

La séance aura lieu le lundi 5 janvier 2015 de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Prochaine séance du séminaire : Nicolas Meylan (Université de Genève), « Destin et héros. Vers une définition sociopolitique du destin dans la littérature islandaise médiévale »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif « Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien » aura lieu lundi 1er décembre 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Nicolas Meylan (Université de Genève) présentera un exposé intitulé:

« Destin et héros. Vers une définition sociopolitique du destin dans la littérature islandaise médiévale »

 Grettir le Fort,  MS AM 426 fol. (XVIIe siècle).
Grettir

le Fort, MS AM 426 fol. (XVIIe siècle).

 

Calendrier du séminaire 2014-2015

1 er décembre : Nicolas Meylan (Université de Genève), « Destin et héros. Vers une définition sociopolitique du destin dans la littérature islandaise médiévale »

5 janvier : autour du livre de Sylvie Donnat (Université de Strasbourg), Ecrire à ses morts , Grenoble, Millon, 2014. Discussion avec: Marcello Carastro, Jean-Jacques Glassner

2 février : Véronique Dasen (Université de Fribourg) « Quand un rite en cache un autre »

2 mars : Maxime Pierre (Université Paris 7)

30 mars : Claude Calame (EHESS) « Réflexion sur l’anthropologie du destin et de l’action narrative dramatisée entre poésie épique, historiographie et tragédie grecques »

4 mai : Matthias Hayek (Université Paris 7)

1 er juin : Destin, terrains en regard

Les séances ont lieu de 11 h à 13 h, salle 662, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris.

 

Journées d’études : La vie prénatale Destin, identité, mémoire. 5-6 juin 2014

La vie prénatale : Destin, identité, mémoire
5-6 juin 2014

Journées d’études organisées dans le cadre du PRI « Pratiquer le comparatisme : terrains, textes, artefacts »

La vie de chacun est-elle contenue entre deux termes, le moment de la naissance ou de la conception et le moment indéterminé de la mort ? Le Coryphée à la fin d’Œdipe-roi de Sophocle appelle à toujours considérer le dernier jour de la vie d’un homme : seul le terme de sa vie peut permettre de dire s’il a vécu heureux. Mais la mort n’est pas seule décisive : l’impact qu’a la vie prénatale sur la vie de chacun, son identité, son destin a été pensé et développé dans différentes traditions religieuses, philosophiques et médicales, comme c’est le cas en Inde, en Afrique ou en Grèce ancienne.
La vie prénatale peut s’entendre de deux manières. Elle peut désigner tant la vie d’avant la conception que la vie comprise entre le moment de la conception et le moment de la naissance. Pour ce qui concerne la première acception de la vie prénatale, l’enquête devra toucher à l’eschatologie tout comme aux théories de l’âme et/ou du destin. Elle devra allier, dans le cadre d’une interrogation sur la personne, la réflexion sur la détermination à celle sur l’identité qui mènent toutes deux à poser la question d’un cycle des vies. Quel est le rapport de la vie prénatale à la mémoire et à l’oubli des vies ou des choix individuels ? Quelles pratiques, quelles formes rituelles lui sont-elles associées ? En fonction des configurations culturelles, il s’agira de voir quels indices, quelles inférences permettent l’affirmation d’une vie ou d’un lieu prénatals et de comprendre quelles sortes d’effets une vie prénatale induit sur notre vie d’après la naissance. Il s’agira aussi de comprendre quelles sont les conditions de l’émergence d’une parole sur cet ailleurs ou/et cet avant.
Pour ce qui concerne la seconde acception de la vie prénatale, l’enquête cherchera à analyser les idées de procréation et de génération qui s’y trouvent impliquées. Il s’agira notamment d’interroger la manière dont les différentes embryologies envisagent l’individuation, ses implications cosmologiques, son inscription sociale. Il importe également d’identifier les règles éthiques et juridiques auxquelles doit se  conformer celui qui intervient dans cette zone qui suit la conception et précède la naissance. Parler d’une vie prénatale ne suppose pas seulement, pour celui qui vivra la vie que nous connaissons et que nous avons en partage, un statut d’avant la vie, mais que ce statut d’avant la vie soit lui aussi une vie : ce que nous devrons interroger dans toute la complexité des questions qui s’en trouvent posées. Ce colloque se propose d’examiner les représentations, les théories et les pratiques concernant la vie prénatale avec une approche interdisciplinaire (anthropologie, philosophie, philologie, histoire). A partir de matériaux à la fois ethnographiques et textuels, les participants s’intéresseront aussi bien à l’embryologie et à la vie gestationnelle qu’aux idées concernant une existence ou des existences antérieures à la conception.

Jeudi 5 juin
Salles 638-640 Bâtiment Le France
190 Av. de France 75013 Paris

14h00-14h15
Dominique Jaillard (Université de Genève)
Introduction

14h15-15h00
Francis Zimmermann (EHESS)
Les interrogations sur la vie prénatale et la naissance de la philosophie dans l’Inde

15h00-15h15 Pause café

15h15-16h00
Frédérique Ildefonse (CNRS)
La vie avant la vie

16h00-16h45
Stéphan Dugast (IRD)
Destin et vie prénatale chez les Bassar du Togo

Vendredi 6 juin
Amphithéâtre F. Furet
105 Bd Raspail 75006 Paris

10h00-10h45
Luc Brisson (CNRS)
Quand l’embryon devient-il un être humain ?

10h45-11h30
Catherine Despeux (INALCO)
Façonnage du destin et vie prénatale dans la Chine ancienne

11h30-11h45 Pause café

11h45-12h30
Silvia D’Intino (CNRS)
Trois naissances divines : Agni, Indra, Yama

14h00-14h45
Noémie Merleau-Ponty (EHESS)
Humain, de l’embryon à l’être. Vies prénatales dans  et autour d’un laboratoire d’assistance médicale à la procréation français

14h45-15h30
Christèle Barois (EPHE)
« Cette âme tombée dans un corps étranger… » : notes sur le
Bhāgavatapurāṇa III 31

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30
Enric Porqueres i Gené (EHESS)
Subjectivité prénatale et oubli : une approche comparative

vieprenatale

Prochaine séance du séminaire : Vincent Eltschinger (Institute for the Cultural and Intellectual History of Asia, Austrian Academy of Sciences) : « Causalité et destin humain dans les sources bouddhiques »

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 5 mai 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Vincent Eltschinger (Institute for the Cultural and Intellectual History of Asia, Austrian Academy of Sciences) présentera un exposé intitulé:

« Causalité et destin humain dans les sources bouddhiques »

Elogio del politeismo, Maurizio Bettini

Dans le cadre du séminaire destin, le lundi 31 mars à 11h, Maurizio Bettini présentera en français son dernier ouvrage Elogio del politeismo. Quello che possiamo imparare oggi dalle religioni antiche.

« Se si parte dal principio che gli dèi sono molti viene meno il motivo per affermare che quelli
degli altri sono falsi dèi o demoni… All’interno delle nostre società, l’adozione di alcuni quadri
mentali propri del politeismo ridurrebbe senz’altro il tasso di conflittualità fra le diverse religioni
monoteistiche e le loro interne suddivisioni »

« Si on part du principe que les dieux sont plusieurs, il y a moins de raisons d’affirmer que les dieux des autres sont des faux dieux ou des démons… À l’intérieur de nos sociétés, l’adoption de certains cadres mentaux propres au polythéisme réduirait certainement les conflits entre les différentes religions monothéistes et leurs propres subdivisions internes.»

Politeismo copertina

Prochaine séance du séminaire : Maurizio Bettini (Université de Sienne) : Rome ou le destin-parole.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 31 mars 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Maurizio Bettini (Université de Sienne) présentera un exposé intitulé : Rome ou le destin-parole.

Séminaire de Claire-Akiko Brisset : Anthropologie visuelle du Japon pré-moderne : autour de l’animation des figures bouddhiques

Au deuxième semestre, Claire-Akiko Brisset organise à l’EHESS un séminaire sur le thème : « Anthropologie visuelle du Japon pré-moderne : autour de l’animation des figures bouddhiques »

Ce séminaire sera consacré à l’étude d’un rituel qui marque la dernière étape du processus de fabrication des artéfacts sacrés au Japon : la cérémonie d’« ouverture des yeux » (jp. kaigen-kuyô ou kaigen-shiki), au cours de laquelle on intervient sur la sculpture ou sur la peinture en figurant la pupille sur les yeux de la figure (dessin, incision, onction, incrustation de matière précieuse, etc.). Cette intervention permet de rendre effective la présence de la divinité. Les plus anciennes attestations de ce rite d’origine indienne en font remonter les plus anciens exemples au Japon au 7e siècle de l’ère commune, et il reste toujours bien vivant dans le Japon contemporain.
La confrontation de sources documentaires de nature variée permettra d’éclairer la nature des acteurs et leur rôle, d’esquisser une anthropologie de ce processus au sujet duquel peu d’études globales ont été consacrées jusqu’à présent.

2e et 4e jeudis du mois de 10 h à 12 h (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 9 janvier au 10 avril 2014. Pas de séance le 27 mars. La séance du 13 février est annulée. Séance supplémentaire le 22 mai (salle 015, RdC, bât. Le France)

Shaka Tori face

Séminaire de Sylvie Donnat : Écritures et rite dans l’Égypte pharaonique. Approche pragmatique de l’écrit cursif en contexte rituel

Le séminaire de Sylvie Donnat à l’EHESS « Écritures et rite dans l’Égypte pharaonique. Approche pragmatique de l’écrit cursif en contexte rituel » commencera le lundi 3 mars, à 15h au bâtiment le France.

À côté de l’écriture hiéroglyphique, qui est par excellence une écriture monumentale à « fonction sacralisante » (Pascal Vernus), il a existé, dans l’Égypte ancienne, des écritures cursives qui étaient prioritairement utilisées dans la documentation courante (lettres, comptes, etc.). Elles avaient toutefois aussi un emploi dans la sphère religieuse, en particulier, dans le domaine du rituel. Ces conférences ont pour objectif de présenter des usages rituels de l’écrit cursif, à partir du corpus des « lettres aux morts » (en hiératique), mais aussi des phylactères de protection (en hiératique), afin d’engager une réflexion sur l’utilisation de l’écriture cursive dans la praxis rituelle.

1er et 3e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 3 mars au 2 juin 2014

 [source vignette :A.H. Gardiner, K. Sethe, Ancient Egyptian Letters to the Dead, Mainly from the Old and Middle Kingdoms, London, 1928, pl. V (EES).]

 

Prochaine séance du séminaire : Marcello Carastro (EHESS), Filer, tisser, nouer. Figures du destin en Grèce ancienne

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 3 mars 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Marcello Carastro (EHESS) présentera un exposé intitulé : Filer, tisser, nouer. Figures du destin en Grèce ancienne

Prochaine séance du séminaire : Frédérique Ildefonse (CNRS) Le mythe d’Er

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance du séminaire collectif Approches comparées du destin : le lot, la part, le lien, aura lieu lundi 3 février 2014, de 11h à 13h, à l’EHESS (salle 662, bât. Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris).

Frédérique Ildefonse (CNRS) y présentera un exposé sur Le mythe d’Er

 

Vous y êtes cordialement invité(e)s

Séminaire 2013-2014 : Calendrier des séances

– Lundi 2 décembre 2013 : Dominique Jaillard (Université de Lausanne), Du partage au panthéon. Les liens de Moira

– Lundi 3 février 2014 : Frédérique Ildefonse (CNRS), Le mythe d’Er

– Lundi 3 mars 2014 : Marcello Carastro (EHESS)

– Lundi 31 mars 2014 : Maurizio Bettini (Université de Sienne)

– Lundi 5 mai 2014: Vincent Eltschinger (Université de Vienne)

– Lundi 2 juin 2014: Stéphanie Homola (EHESS)

Ethnographie et textes – Présentation d’ouvrages

Lectures croisées autour de deux ouvrages :

  • Caterina Guenzi Le discours du destin. La pratique de l’astrologie à Bénarès, CNRS éditions 2013
  • Aïssatou Mbodj-Pouye Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali, ENS éditions 2013

Avec la participation de : Caterina Guenzi (EHESS), Guillaume Lachenal (Université Paris-VII), Christine Laurière (CNRS), Aïssatou Mbodj-Pouye (CNRS), Sophie Vasset (Université Paris-VII).

Jeudi 26 septembre à 17h, salles 640-641, Bâtiment Le France, 190 avenue de France, 75013 PARIS

Fwd_ [tlm] Fwd_ Ethnographie et textes_ lectures croisées - 26 septembre