Jean-Louis Durand

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris hier la disparition de Jean-Louis Durand. Brillant helléniste et anthropologue (CNRS), fin connaisseur des textes, des images et des rituels, Jean-Louis a incarné et rendu possible le dialogue comparatiste avec sa vivacité intellectuelle, son exigence et sa grande générosité. Auteur d’un remarquable essai d’anthropologie religieuse Sacrifice et labour en Grèce ancienne (1986), Jean-Louis Durand a mené de nombreuses enquêtes de terrain auprès des communautés possessionnelles en Tunisie et chez les Winye, société voltaïque du Burkina Faso, qui ont nourri sa réflexion et son enseignement. C’est dans le cadre du Centre Louis Gernet de recherches comparées sur les sociétés anciennes, puis de l’ATP et du GDR animés par Marcel Detienne, et enfin dans l’atelier Pratiques des polythéismes qu’il avait fondé avec l’anthropologue africaniste Michel Cartry, que Jean-Louis Durand a apporté une contribution majeure à la démarche comparatiste dans l’approche anthropologique des sociétés anciennes. En témoigne le volume collectif Architecturer l’invisible. Autels, ligatures, écritures (2009) qu’il a co-édité avec Michel Cartry et Renée Koch-Piettre. Par sa parole vive, il a continué à être un des piliers de l’approche anthropologique dans les ateliers comparatistes du Centre Anhima, du Laboratoire d’Anthropologie Sociale et du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Pratiquer le comparatisme » de l’EHESS. Très nombreux sont les amis et les collègues à qui il manquera.

Un grand homme nous a quittés.


3 réflexions au sujet de « Jean-Louis Durand »

  1. Quelle tristesse infinie de penser que plus jamais je ne pourrai suivre un merveilleux cours de grec de Jean-Louis Durand ! J’arrive trop tard moi aussi, après avoir espéré pendant des années des retrouvailles qui ne se produiront donc pas. Nous étions quelques fervents à être initiés par lui aux mystères de la religion grecque, et pas seulement aux emplois de l’aoriste : sa passion, son dévouement et sa profonde humanité lui avaient créé un cercle de fidèles dès cette année 1979-1980, dans ce qui était encore l’UFR de grec de La Sorbonne, avec son amphithéâtre au sous-sol, et ses salles antiques dans les étages, pour ceux qui connaissent ces lieux devenus mythiques.
    Il nous parlait d’ailleurs depuis des régions qu’il ressuscitait, comme chez lui dans cette Athènes du Vème siècle avant J.-C., qu’il regrettait ne pouvoir arpenter, « magnétophone en main ». MERCI à vous, cher Jean-Louis Durand.

  2. Je découvre avec deux mois de retard cette bien triste nouvelle. Comment en effet évoquer la figure de Jean-Louis ? Le ritualiste convaincu, expert en découpes ; l’homme en bleu attentif à ses instances ; le professeur créant son cours en direct, dans le dialogue avec ses élèves… J’avais eu la chance de pouvoir participer quelques années à ce qu’il appelait son petit thiase, à l’EPHE, sans savoir dans quel voyage à travers les temps, les cultures et les dieux je m’engageais. Voilà un e voix et un passeur qui nous manqueront durement.

  3. Jean-Louis n’était pas tant un savant – il avait rencontré trop de sociétés menacées, trop de religions, trop de dieux, sa vie en était pleine – mais plutôt un inspirateur et un témoin égaré, n’est-ce pas? Ou un terrain ethnographique à lui tout seul! Il allait, pieds nus dans ses sandales, cerné par toutes sortes d’ « instances » auxquelles il rendait, par un petit geste ou un autre, par un interdit alimentaire, le contournement d’un espace… le culte approprié, ou plutôt les honneurs minuscules qu’elles sollicitaient. Les voilà toutes seules, ces instances aussi, où vont-elles pouvoir se loger?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *